Accueil arrow Monnaies romaines arrow Les voeux sur les monnaies romaines
18-06-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Les voeux sur les monnaies romaines
03-01-2012
Les monnaies romaines qui évoquent les voeux (en latin "vota", pluriel de "votum") sont très nombreuses en particulier au IIIème et IVème siècle de notre ère. Les revers de ces pièces se limitent souvent à quelques lettres et quelques chiffres placés au centre d'une couronne; ce type épigraphique a pu faire dire à Ernest Babelon dans son "Traité des monnaies romaines" (t.I, p.63) qu'il s'agissait de monnaies "banales", bien qu'il reconnut en même temps leur intérêt pour fixer la chronologie...

Pourtant les monnaies romaines représentant les voeux sont associées à des types figuratifs beaucoup plus variés qu'il n'y paraît au premier abord. De plus ces monnaies concernent un sujet capital dans l'histoire impériale romaine, puisqu'elles évoquent le rapport qu'entretenaient les empereurs avec la religion.


Le revers de cette monnaie de Constantin Ier présente le type ordinaire des voeux : des lignes de chiffres et de lettres placées au coeur d'une couronne. Photo CNG
Le revers de cette monnaie de Constantin Ier présente le type ordinaire des voeux :
des lignes de chiffres et de lettres placées au coeur d'une couronne. Photo CNG

Les voeux étaient des cérémonies religieuses destinées à obtenir la faveur des dieux pour l'empereur et pour l'empire


Les voeux que l'on trouve mentionnés sur les monnaies romaines font référence à des cérémonies religieuses qui étaient célébrées périodiquement pour obtenir la faveur des dieux pour l'Empire et pour l'empereur.

Les voeux, qui étaient accompagnés d'un sacrifice solennel pouvaient être prononcés dans le but d'obtenir une faveur divine, et donc dirigés vers le futur; les légendes des monnaies indiquent alors que les voeux sont des "VOTA SVSCEPTA" ( = voeux promis). En termes religieux, on peut parler de voeux "propitiatoires", c'est-à-dire destinés à obtenir la pitié (ou l'indulgence ou un quelconque avantage) du dieu en contrepartie du sacrifice. Bien sûr l'exécution du voeu ne garantissait pas son accomplissement, laissé à la discrétion dudit dieu...

Si le voeu avait été accompli, un pouvait aussi faire une autre cérémonie de remerciement. Les monnaies portent alors la mention de "VOTA SOLVTA", c'est-à-dire "Voeu accompli" et leur message est donc tourné vers le passé. Cette seconde catégorie de voeux avait pour but de remercier le dieu pour l'accomplissement du service demandé.

Monnaie d'Auguste mentionnant les VOTA SVSCEPTA

Ce denier à l'effigie d'Auguste a été frappé en 16-17 avant JC et porte la légende suivante : IOVI/VOT • SVSC/PRO • SAL • /CAES • AVG/S • P • Q • R. Il s'agit donc d'un voeu fait à Jupiter (Iovi) en faveur de la santé d'Auguste César (Pro Salute Caesar Augustus) au nom du Sénat et du Peuple Romain (SPQR). Photo CNG
Ce denier à l'effigie d'Auguste a été frappé en 16-17 avant JC et porte la légende suivante : IOVI/VOT • SVSC/PRO • SAL • /CAES • AVG/S • P • Q • R. Il s'agit donc d'un voeu fait à Jupiter (Iovi) en faveur de la santé d'Auguste César (Pro Salute Caesar Augustus) au nom du Sénat et du Peuple Romain (SPQR). Photo CNG


Monnaie d'Antonin Le Pieux mentionnant les VOTA SOLVTA

Le revers de ce denier d'Antonin Le Pieux frappé à Rome en 159 après JC porte la légende suivante : VOT SOL DEC II COS IIII, et on peut voir l'empereur debout sacrifiant au dessus d'un autel. Il s'agit donc d'une monnaie destinée à remercier les dieux pour avoir accompli les voeux (VOT SOL) fait par l'empereur pour ses 20 ans de règne (DEC II = deuxième décennie). Photo CNG
Le revers de ce denier d'Antonin Le Pieux frappé à Rome en 159 après JC porte la légende suivante : VOT SOL DEC II COS IIII, et on peut voir l'empereur debout sacrifiant au dessus d'un autel. Il s'agit donc d'une monnaie destinée à remercier les dieux pour avoir accompli les voeux (VOT SOL) fait par l'empereur pour ses 20 ans de règne (DEC II = deuxième décennie). Photo CNG

La fréquence des voeux est liée au formalisme de la religion romaine


La pratique des voeux est bien antérieure à la fondation de l'Empire mais on ne les trouve représentés sur les monnaies de la République romaine qu'à titre d'exception : seule une  monnaie de la Gens Nonia y fait référence.

Pendant la période Impériale, la coutume voulait que des voeux publics soient offerts aux dieux pour la prospérité de l'empire lors des calendes de janvier quand les consuls étaient élus. D'autres voeux étaient offerts deux jours avant les nones du même mois pour la santé de l'empereur. Il arrivait aussi que des voeux soient prononcés au cours d'occasions spéciales (notamment pour demander le rétablissement de la santé chancelante d'un empereur). Mais on trouvait encore des voeux prononcés pour les 5 ans de règnes de l'empereur (quinquennalia), pour ses dix ans de règne (decennalia), pour ses quinze, vingt, trente ans et même quarante ans de règne (quindecennalia, vicennalia, tricennalia, etc...).


Sur cette monnaie d'or de Constans frappée en 347-348 après JC, le revers évoque l'accomplissement des voeux pour les 20 ans de règne (
Sur cette monnaie d'or de Constans frappée en 347-348 après JC, le revers évoque l'accomplissement des voeux pour les 20 ans de règne ("votis vicennalibus solutis") et fait un nouveau voeu pour les dix ans de règne à venir ("votis tricesimalibus susceptis"). Photo CNG

On voit que les sacrifices et les voeux étaient accomplis avec une grande régularité. Y manquer aurait pu provoquer le courroux des dieux. Ce formalisme bien réglé est un des caractère principaux de la réligion romaine, qui était très attachée à ses rituels.

Quelques légendes fréquemment utilisées pour mentionner les voeux


  • VOTA PUBLICA, VOTA SVSCEPTA, VOTA SOLVTA,
  • VOTA V [vota quinquannalis]
  • VOTA X [vota decennalis]
  • VOT X et XX [votis decennalis (solutis) et multis tricesimalibus (susceptis)]
  • VOT XV MULT XXX [votis quindecennalibus (solutis) multis tricesimalibus (susceptis)]
  • VOT XX sic XXX [votis vicennalibus (feliciter solutis) sic tricesimalia (solventur)]
  • VOTIS MULTIS [votis multis (susceptis solutisque)]

Légendes moins communes évoquant les voeux


  • VOT P C [Vota populi Constantinopolitani ? sur un bouclier tenu par une Victoire et un génie, sur une monnaie d'or d'Anastase]
  • VOT P R [Vota populi romani. sur un autel ou sur un bouclier, Licinius I, Constantin I, Crispus, etc.]
  • VOT PVB [Vota publica. Le génie du Sénat debout, tenant un sceptre en présence du génie du peuple romain, qui tient une patère et une corne d'abondance.]
  • VOT X F (parfois FEL) [Votis Decennalibus Felicibus, dans une couronne de laurier. Constance Chlore et Galère].

A ces exemples, il faudrait rajouter les mentions de "quinquannalia", "decennalia", "quindecennalia", etc, qui évoquent également les voeux.

Les voeux deviennent un thème récurrent sur les monnaies romaines à partir du règne de Trajan


C'est à Auguste que l'on doit l'instauration de voeux décennaux, à partir de l'an 27 avant JC : Auguste promit alors que dans les 10 ans à venir la paix règnerait sur le monde entier. Quand ces dix années furent terminées des voeux portèrent sur les cinq autres années de gouvernement à venir et ces voeux furent ainsi renouvelés tout au long du règne. C'est ainsi que les voeux sont une des bases de la datation des monnaies, notamment en l'absence de la mention du Consulat impérial.

Cependant, les voeux n'ont vraiment commencé à devenir un thème récurrent sur les monnaies impériales qu'à partir du règne de Trajan (fin du premier siècle-début du IIème siècle après JC). On peut alors observer à travers les siècles la remarquable continuité des émissions de monnaies figurant des VOTA, jusqu'aux empereurs byzantins du VIème siècle après JC).

Tout le monde fait battre des monnaies mentionnant des voeux, y compris les usurpateurs. Les empereurs qui ne l'ont pas fait sont rares : ce sont des accidents, liés par exemple à une durée de règne trop courte. On trouve également des mentions des voeux sur les monnaies des impératrices.

La tradition iconographique de la représentation des vota sur les monnaies se poursuit sur les monnaies de l'empire byzantin. L'iconographie des voeux, comme d'autres thèmes païens, a longtemps survécu malgré l'adoption du christianisme comme religion officielle de l'empire.


 Solidus de Théodose II frappé entre 430 et 439 après JC. Le revers de cette pièce d'or mélange divers symboles païens et chrétiens. La légende
Solidus de Théodose II frappé entre 430 et 439 après JC. Le revers de cette pièce d'or mélange divers symboles païens et chrétiens. La légende  "VOT XXX MVLT XXXX" a conservé l'ancienne forme païenne des voeux alors que la religion officielle de l'Empire est le christianisme depuis le règne de Constantin au début du IVème siècle de notre ère. Photo CNG

Les représentations épigraphiques et figuratives associées aux voeux


Comme nous l'avons vu ci-dessus, l'essentiel des représentations des voeux sur les monnaies sont épigraphiques.


De très nombreuses mentions de voeux sont représentées sous forme de texte, comme c'est le cas sur le revers de ce denier de Lucilla (femme de Lucius Verus), frappé en 161 après JC. Photo CNG
De très nombreuses mentions de voeux sont représentées sous forme de texte,
comme c'est le cas sur le revers de ce denier de Lucilla (femme de Lucius Verus), frappé en 161 après JC.
Photo CNG

Mais ce type de représentation n'exclut pas les types figuratifs associés à la thématique des voeux, qui sont finalement assez variés.
Au cours de la période la plus ancienne, c'est-à-dire entre le règne de Trajan et jusqu'au règne de Commode, le type représentant les voeux sur les monnaies était une image de l'empereur sacrifiant, quelquefois seul, à d'autres moments accompagné par des prêtres et assistants, musciens et autres.


Revers d'un dupondius d'Antonin le Pieux, sur lequel on voit l'empereur debout et voilé tenant une patère au-dessus d'autel; la mention VOTA est inscrite en exergue. Photo CNG
Revers d'un dupondius d'Antonin le Pieux, sur lequel on voit l'empereur debout et voilé
tenant une patère au-dessus d'autel; la mention VOTA est inscrite en exergue. Photo CNG

Le thème de la légende inscrite dans une couronne ne s'est imposé que par la suite. On voit aussi souvent l'inscription des VOTA représentée sur un bouclier tenu par une ou deux victoires, quelquefois sur une colonne.

Sur le revers de ce follis de Licinius II César  (317-324 après JC) on peut observer deux Victoires tenant un bouclier portant l'inscription VOT/PR sur deux ligens au-dessus d'un autel. Photo CNG
Sur le revers de ce follis de Licinius II César  (317-324 après JC) on peut observer deux Victoires tenant un bouclier portant l'inscription VOT/PR sur deux ligens au-dessus d'un autel. Photo CNG

Il arrive également que les voeux soient inscrits sur un étendard militaire au pied duquel des captifs sont enchaîné assis. C'est le cas notamment sur le revers de cette monnaie de Licinius II émise en 320 après JC.
 monnaie de Licinius II émise en 320 après JC
Monnaie de Licinius II Photo CNG

On voit clairement sur deux monnaies ci-dessus que les voeux sont associés à la guerre par le biais des captifs, de l'étendard militaire et la Victoire. La guerre et la Victoire étaient évidemment au coeur de l'idéologie impériale. Pendant les périodes critiques de l'Empire, notamment à partir de la deuxième moitié du IIIème siècle, nombreux sont les empereurs qui ont dû implorer les dieux pour qu'ils leur donnent une victoire militaire; ils l'ont abondamment fait savoir par le biais des monnaies mais il n'est pas certain que ces voeux aient toujours été exhaucés...

Des thématiques plus positives existent aussi : les voeux pour la paix universelle ont parfois été figurés sur les monnaie. C'est notamment le cas sur des monnaies de Constantin Ier. La pièce ci-dessous, frappée en 323-324 après JC présente au revers un autel portant l'inscription "VOTIS XX", surmonté par un globe . La légende circulaire indique la nature exacte des voeux : il s'agit d'obtenir la "Beata Tranquillitas", c'est-à-dire la tranquillité sereine pour la terre entière, symbolisée par le globe.

 
 
Voeux sur une monnaie de constantin Ier
Voeux sur une monnaie de Constantin Ier. Photo CNG

Les voeux sur les monnaies révèlent un des ressorts de l'idéologie impériale


Il existe des dizaines de variétés représentant les voeux sur les monnaies romaines et, bien entendu, seuls quelques exemples significatifs ont présentés ci-dessus.
Sous l'aspect d'une apparente banalité, les monnaies aux voeux permettent d'entrevoir un des ressorts profonds de l'idéologie impériale romaine : il s'agit cette foi religieuse très formaliste et volontiers répétive. L'habitude de représenter les voeux sur les monnaies fut sans doute pour les chefs de l'Empire une profession de foi exprimée à tous les sujets par le biais des monnaies. Cette tradition fut constante depuis Trajan jusqu'au VIème siècle après JC, à l'époque byzantine, y compris après la disparition du pananisme qui avait vu sa naissance.

Autres pages sur les voeux et les monnaies romaines


Monnaies romaines (articles variés sur les monnaies romaines)
Monnaies romaines les meilleures offres (monnaies en vente sur eBay France)
Monnaies romaines (sélection de monnaies romaines actuellement en vente dans la boutique sacra-moneta)
Dernière mise à jour : ( 03-01-2013 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |