Accueil arrow Monnaies gauloises arrow Compte-rendu de l'Atlas des Monnaies Gauloises par S.Reinach
29-03-2017
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique


Compte-rendu de l'Atlas des Monnaies Gauloises par S.Reinach
(21 votes)
15-04-2009


Un livre marquant dans l'historiographie de la numismatique Gauloise


S'il est un livre qui a marqué l'historiographie de la numismatique Gauloise, c'est bien l'Atlas des monnaies Gauloises de Henri de La Tour, paru en 1892. Nous proposons ci-dessous le compte-rendu qu'a donné Salomon Reinach, un autre grand nom de l'historiographie française, de cet ouvrage. On peut y voir quel était l'état des connaissances sur les monnaies Gauloises à la fin du XIXème siècle


Titre complet du livre


Atlas de monnaies gauloises, préparé par la Commission de topographie des Gaules et publié sous les auspices du Ministère de l'Instruction publique, par Henri DE la Tour. Paris, Plon, 1892. In-4, VI-12 p., 55 planches.


Compte-rendu de l'Atlas des monnaies Gauloises par Salomon Reinach


L'époque héroïque de la numismatique gauloise prend fin avec la publication de ce volume, complément indispensable du Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale paru en 1889. Désormais, au prix de quelques semaines d'études, on peut s'assimiler le fruit du labeur qui a rempli la vie de plusieurs archéologues, Saulcy, Lagoy, Muret, Ch. Robert, sans oublier le seul survivant de cette pléiade, notre collaborateur M. A. de Barthélémy. C'est à lui, du reste, que revenait de plein droit l'honneur de publier ce livre, et s'il en a laissé le fardeau à des mains plus jeunes, ce n'est pas qu'il se soit jamais désintéressé de cette œuvre de longue patience et de dévouement scientifique.

To make dictionaries is dull work, disait Johnson ; qu'est-ce donc, lorsque le dictionnaire devient un atlas, lorsque le résultat de laborieuses recherches, d'études personnelles, n'est que la place attribuée sur une planche à une gravure de monnaie ? C'est en 1876, sous le ministère de M. Waddington, que la Commission de topographie des Gaules, héritage des goûts historiques de Napoléon III, résolut de dresser un inventaire général des monnaies gauloises.

Le travail fut confié à MM. de Saulcy, Ch. Robert et A. de Barthélémy, assistés de MM. Chabouillet et Muret. En 1883, l'atlas, qui devait accompagner le catalogue, avait été presque entièrement gravé par M. Dardel, en partie d'après les excellents dessins de Ch. Robert; mais la fondation du Musée d'ethnographie réclamait des ressources et, pour se les procurer, le Ministère supprima la Commission. Le grand dictionnaire archéologique qu'elle avait entrepris n'a pas encore trouvé de continuateur; mais le recueil des monnaies a été plus heureux Après la mort de Muret, M. Chabouillet publia le Catalogue; en même temps, M de la Tour était chargé de compléter L'Atlas et d'en rédiger le texte. Ce n'était pas là une tâche facile; à dire vrai, elle était même rebutante. Car on se trouvait en présence de deux mille gravures dont Muret et Robert, morts tous les deux, connaissaient seuls les originaux et sur lesquelles ils n'avaient laissé aucune note.

Il fallait les comparer laborieusement aux quinze ou vingt mille pièces gauloises conservées tant à la Bibliothèque nationale qu'à Marseille, à Saint-Germain et à Péronne (collection Danicourt). Chemin faisant, l'éditeur fit une découverte assez singulière : Robert, qui était un dessinateur de premier ordre, n'avait pas hésité quelquefois à combiner plusieurs pièces inégalement frustes « pour créer en quelque sorte une pièce idéale », la «fleur de coin» qui manquait encore aux collections. Avant de s'en apercevoir, on juge à combien de recherches irritantes et vaines M. de la Tour s'est trouvé astreint. D'autre part, le graveur, M. Dardel, n'était plus en état de travailler, ni même d'exécuter les quelques retouches nécessaires. Il y avait là de quoi décourager le plus zélé des éditeurs et l'on ne saurait dire assez haut combien M. de la Tour mérite la reconnaissance du public pour avoir mené son inglorius labor jusqu'au bout.
 
Voici comment il a fait en sorte que l'Atlas et le Catalogue se complètent. On trouve d'abord une table générale des matières indiquant la concordance des monnaies gravées avec celles du catalogue de Muret et signalant : 1° les monnaies d'autres collections qui ont été prises pour modèles; 2° les rectifications portant soit sur la gravure, soit sur la description correspondante. En second lieu, M. de la Tour a dressé une table alphabétique très complète, renvoyant, pour chaque peuplade, à la planche où sont gravées ses monnaies, pour chaque collection de Musée de province aux pièces qui lui ont été empruntées, comprenant enfin desréférences d'ordre plus général, telles que Imitations de monnaies de Thasos, Trouvaille de Jersey, etc. Tout cela ne remplit même pas douze pages, mais il y a là plus de travail réel que dans bien des in-quarto très pesants.
 
Les archéologues de la génération qui ont précédé la nôtre n'ont pas toujours achevé ce qu'ils commençaient. Les bibliothèques sont encore jonchées des débris de leurs œuvres interrompues. Il est temps de liquider ces successions là. Quelques uns s'y sont déjà employés avec plus ou moins de bonheur : nul n'a mieux rempli que M. de la Tour la tâche ingrate qui lui incombait.
Salomon Reinach.
Extrait de la "Revue critique d'histoire et de littérature" / publiée sous la direction de MM. P. Meyer, Ch. Morel, G. Paris, H. Zotenberg
1892 (Année 26 / Semestre 2; N.S. / T. 34), page 443

Plus d'infos sur les monnaies Gauloises :


Les images des Gaulois sur les monnaies romaines

Le style des monnaies gauloises

Les potins Gaulois

Les précurseurs de la numismatique gauloise au XIXème siècle

Le célèbre statère en or de Vercingétorix

Atlas des monnaies gauloises de La Tour (réédition contemporaine, dite "La Tour II")

Donnez votre avis se ces monnaies et sur ces textes !
Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
montaubric - aérez vos textes   2009-04-18 21:04:57
aérez vos très intéressants textes pour les rendre aisément lisibles
Ecrire un commentaire
Nom:
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
 
Security Image
Saisissez le code que vous voyez.
Dernière mise à jour : ( 21-05-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |