Accueil arrow Trésors
15-12-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Trésors
A qui appartient le Victory
Le HMS Victory, c'est le Navire amiral de la flotte britannique qui a coulé en 1744 au large des ilôts des Casquets, dans la Manche. La découverte du navire a été faite par la société spécialisée dans la chasse au trésor Odyssey. Le HMS Victory était armé de 110 canons et aurait transporté au moment du naufrage pas moins de 4 tonnes d'or. Pour l'instant, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous, seuls deux canons, qui ont permis d'authentifier l'épave, ont été retirés das fonds marins.

Dans cette vidéo (en anglais), on peut voir la remontée des canons à l'air livre, mais aussi entendre les arguments de la Société Odyssey qui tente de légitimer son intervention sur cette épave, qui fait partie du patrimoine archéologique britannique.

L'argument principal de la société Odyssey, c'est celui selon lequel les archéologues ne disposent pas des fonds nécessaires pour effectuer le travail d'exploration et d'exploitation de l'épave que se propose de faire la société Odyssey. Il s'agit le faire le "meilleur travail de recherche archéologique au monde". Il s'agit aussi de conserver les trouvailles archéologiques, tout en trouvant le moyen de les rentabilier avec des produits dérivés. Quels que soient ces arguments, le gouvernement britannique considère que le navire lui appartient.


Vidéo sur la découverte du HMS Victory




Dernière mise à jour : ( 28-01-2017 )
Lire la suite...
 
Où a coulé le HMS Victory ?


Où a coulé le HMS Victory ?


Le HMS Victory, c'est ce navire amiral de la marine Britannique qui a coulé en 1744 au large des îles Anglo Normandes, sur les ilôts des Casquets.

Les Casquets sont groupe de rochers situés à 13 kilomètres au nord-ouest d’Aurigny.  Les rochers font partie d’un récif de grès constitué des îles de Burhou et d’Ortac.

L'épave, dont la découverte a été annoncée au début du mois par la société américaine Odyssey comptait 110 canons et transportait peut-être plusieurs tonnes d'or. Pour l'instant, seuls deux canons ont été sortis des eaux.

Ilôts des Casquets dans la Manche, lieu du naufrage du HMS Victory



Dernière mise à jour : ( 28-01-2017 )
Lire la suite...
 
Trésor du tramway de Reims


Découverte d'un trésor gallo-romain dans le métro de Reims

Image des fouilles archéologiques de Reims
Fouilles archéologiques à Reims (photo Inrap)

 La découverte a eu lieu sur le tracé du tramway de Reims à la fin du mois de novembre lors de la fouille d'un quartier d'habitat de Reims antique.

C'est en fouillant des caves de maisons de ce quartier gallo-romain qu'un ensemble d'argenterie luxueux a été découvert.

La maison dans laquelle se trouvait ce trésor a brûlé à la fin IIIème siècle début IVème siècle après JC.

L'ensemble d'argenterie était soignement emballé dans du tissu, à l'intérieur d'une banquette en craie.

Dans la vidéo ci-contre réalisée par LCI, Stéphane Sindonino, archéologue à L'Inrap, explique les circonstances de la découverte et la nature du trésor. Il explique notamment que le set de table d'apparat qui a été découvert n'a semble-t-il pas été récupéré après l'incendie de la maison. Cet ensemble est composé de plusieurs plats de bronze plaqués en argent.
Dernière mise à jour : ( 28-01-2017 )
Lire la suite...
 
Chasseurs de trésor contre archéologues : opposition frontale

Récemment, plusieurs sites archéologiques de Bourgogne ont été visités par des chasseurs de trésor (en particulier le siteLe site archéologique de Mâlain, en Bourgogne a été victirme de chasseurs de trésor de Mâlain, cf. photo ci-contre).

Le 27 décembre dernier, Yves Pautrat, conservateur du Service régional de l'archéologie de Bourgogne a donné un interview au journal Le Bien Public. Dans cet interview, Yves Pautrat déclare ne pas faire de différence entre un "détectoriste" ( = un utilisateur de détecteur de métaux) et un pilleur.

Répression des prospecteurs


Il est question dans cet interview de la répression des utilisateurs de détecteurs de métaux : divers agents sont habilitées à dresser des procès verbaux de flagrant délit de pillage archéologique. Parmi ces agents se trouvent bien entendu les gendarmes, mais aussi les gardes de l'Office national de la chasse ou encore les agents de l'Office national des forêts.

Un brouilleur-détecteur anti "poêle à frire"


On apprend également que l'archéologue est prêt  à jeter de la limaille de fer sur les sites archéologiques pour leurrer les détecteurs de métaux. On apprend enfin que certaines personnes, quelque part en Ardèche, travaillent activement au développement d'un brouilleur-détecteur anti "poêle à frire" qui avertira les gendarmes par SMS qu'un pillage est en cours ! Cela peut sembler incroyable, mais c'est pourtant la réalité.

On se doute que face à cette criminalisation des prospecteurs, qui pour la plupart conçoivent la détection comme un loisir inoffensif, les réactions ne sont pas faites attendre. Il suffit de se rendre sur le site du Bien Public pour voir la virulence des réactions des uns et des autres.

Il est tout à fait regrettable qu'une loi comparable à celle qui existe en Angleterre n'encadre pas mieux la détection, un loisir qui concerne environ 30000 personnes en France. Sans cette loi, le trésor d'Harrogate, entre autres, aurait certainement été dispersé sous le manteau et d'inestimables connaissances historiques et archéologiques auraient été perdues. Mais le flegme est britannique, pas français...

Dernière mise à jour : ( 12-11-2018 )
Lire la suite...
 
Chasse au trésor : que peut-on trouver avec un détecteur de métaux
La plupart du temps, les prospecteur, armés de leur détecteur de métaux, ne trouvent que des ferailles, des papiers aluminium, des clous, bref pas grand chose d'intéressant. Parfois leur arrive quand même de sortir du sol quelques petites monnaies médiévales ou modernes, de type double tournois. Souvent les prospecteurs trouvent des monnaies modernes, des centimes et en particulier des pièces de 10 centimes de Napoléon III...

Mais il arrive parfois que des prospecteurs trouvent par hasard ou parce qu'ils sont bien informés (ce qui est le cas ici) de véritables trésors... Dans cette vidéo Gilles présente ses trouvailles. Ca n'a pas l'air possible et pourtant il suffit de voir les pièces agglomérées à la fin de la vidéo pour comprendre qu'elles ont fait un long séjour sous terre...

Découverte de pièces d'or avec un détecteur de métaux


Dernière mise à jour : ( 12-11-2018 )
Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivante > Fin >>

Résultats 55 - 63 sur 67
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |