Accueil arrow Trésors arrow Le plus grand trésor de tous les temps
15-12-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Le plus grand trésor de tous les temps
30-01-2017

L'article ci-dessous a été publié en 2014 dans le magazine Monnaies et Détections sous le titre "13500 pièces d’or et d’argent remontées de l’épave du SS Central America". Nous reproduisons ci-dessous cet article dans son intégralité. On peut préciser que depuis sa parution, Thomas Thompson a été retouvé, interpellé et présenté à la justtice.

Photo du trésor du SS Central America

Présentation spectaculaire d’une partie du trésor du SS Central América, qui fut qualifié par Life Magazine comme “Le plus grand trésor de tous les temps”

Présentation spectaculaire d’une partie du trésor du SS Central América, qui fut qualifié par Life Magazine comme “Le plus grand trésor de tous les temps”

Récit d'une découverte exceptionnelle

Le 18 juillet 2014, la société Odyssey, spécialisée dans la recherche d’épaves dans les grands fonds marins a annoncé le succès de sa dernière opération : pas moins de 13500 pièces d’or et d’argent, mais aussi des lingots d’or, des débris d’or, des pépites et des bijoux ont été remontés de l’épave du bateau SS Central America qui fit naufrage au large des côtes américaines en 1857 (cf. Monnaies et Détections n°76, p. 26-27). Nous présenterons dans cet article les détails sur les trésors remontés du fonds de l’Océan, mais aussi sur les circonstances du naufrage.

La société américaine Odyssey Marine, fondée en 1994, est bien connue pour plusieurs coups d’éclat dans la recherche d’épaves chargées de trésors. Parmi son tableau de chasse se trouvent notamment les épaves du SS Republic (51000 pièces et 14000 objets remontés du fond de l’Océan en 2003), le “Black Swan” qui n’était autre que la “Nuestra Señora de las Mercedes”, d’où ont été remontées pas moins de 500000 pièces d’argent en 2007. Cependant, dans ce dernier cas, en mai 2012, suite à une longue procédure judiciaire, la Cour suprême des Etats-Unis a condamné la société Odyssey à restituer le trésor au propriétaire de l’épave, c’est-à-dire à l’Etat espagnol. En 2008, Odyssey découvre l’épave du HMS Victory et en 2011, ce sont les restes du SS Gairsoppa, qui sont identifiés. Deux ans après la localisation de l’épave, 61 tonnes de lingots d’argent ont été remontées de ce navire coulé en 1941.

Encore un succès pour la société Odyssey

La dernière trouvaille de la société Odyssey date des mois d’avril à juin 2014, et concerne l’épave du SS Central America. Même si les quantités de métaux précieux sont nettement moins importantes que dans le cas du SS Gairsoppa, les vestiges remontés sont tout à fait extraordinaires, comme nous le verrons ci-dessous. Et on se doute que cette fois-ci toutes les précautions juridiques ont été prises à propos de la possession des trésors retrouvés, d’autant que de grandes quantités d’or avaient déjà été remontées de l’épave entre 1987 et 1991, ce qui occasionna des batailles juridiques dont les américains abusent dès lors qu’il est question d’argent. Mais avant d’évoquer les premières découvertes de 1987-1991 et les déboires de leur auteur, Thomas Thompson, il faut évoquer le navire SS Central America et les circonstances historiques du naufrage.

“à ce beau navire il semblait que l’on pût sans crainte remettre son sort…”

Le SS Central America était un bateau à vapeur (comme l’indiquent les lettres SS qui signifient “Steamship”), doté de roues à aube en métal qui mesurait 85 mètres de long et qui naviguait entre l’Amérique Centrale et la côte Est des Etats-Unis. Le navire baptisé initialement SS George Law avait pris la mer pour la première fois en 1853. Outre son moteur à vapeur, le bateau de 2141 tonnes était doté de 3 mâts, et, comme le dit bien Ernest Faye dans son “Histoire des naufrages”, “à ce beau navire il semblait que l’on pût sans crainte remettre son sort; sa vue inspirait confiance; sa masse énorme défiait le courroux des vagues; nul ne filait sur les eaux avec plus de rapidité”. Mais les qualités certaines du SS Central America, ainsi qu’un équipage expérimenté et valeureux ne l’on pas empêché de sombrer le 12 septembre 1857 au large des côtes de Caroline du Nord par 2300 mètres de fond lors d’un ouragan dont on sait qu’ils sont courants dans ces parages. Après trois journées de tentatives désespérées pour échapper aux éléments, le SS Central America coula, emportant dans la mort 425 personnes sur les 578 passagers. De plus il y avait à bord du navire 13 à 15 tonnes d’or prospectées lors de la ruée vers l’or en Californie. C’est cette énorme cargaison de métal précieux qui a valu au Central America son surnom de “Ship of Gold”, c’est-à-dire le “bateau de l’or”.

Peinture reconstituant le SS Central America au coeur de la tempête

Peinture reconstituant le SS Central America au coeur de la tempête

Le voyage avait pourtant commencé par temps calme...

Retrouvez l'intégralité de cette histoire dans le livre Comment trouver un trésor ? 10 véritables histoires de trésors en vente sur Amazon

Autres pages sur les trésors

Trésors [articles variées sur les découvertes de trésors terrestres et maritimes...]

 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |