Accueil arrow Monnaie inflation crise arrow Taux d'intérêt : des taux d'intérêt trop élevés nuisent aux travailleurs
23-04-2019
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Taux d'intérêt : des taux d'intérêt trop élevés nuisent aux travailleurs
29-10-2008


BCE, FED ET BOJ fixent le loyer de l'argent


Les 3 plus grandes banques centrales de la planète sont la Banque Centrale des Etats-Unis (FED), la Banque Centrale Européenne (BCE), et la Banque Centrale du Japon (BOJ). Ces grandes institutions monétaires jouent un rôle fondamental dans l'économie, par le biais de la monnaie. Avec la fixation des taux d'intérêt directeurs elles influencent fortement la formation du crédit (qui est généré par les banques => cf. la monnaie comme dette).


Les taux d'intérêt Européens sont les plus élevés


Actuellement le principal taux directeur de la BCE est fixé à 3,75%; celui de la FED est de 1,5%; celui de la Banque centrale du Japon est de 0,5%. Les écarts sont considérables et reflètent des différences de perception majeures concernant le rôle de la monnaie dans l'économie.

Pour parler simplement, on peut dire que l'Europe privilégie la rente et sacrifie le travail. Les Etats-Unis privilégient le dynamisme économique plutôt qu'une hypothétique stabilité monétaire; les Japonais sacrifient complètement la rente au profit du travail. Mais tout ceci mérite quelques explications.

Les effets des taux d'interêt bas : la stimulation du crédit et de l'inflation


Plus le taux directeur des Banques Centrales est bas, et moins les crédits sont chers; par conséquent, la fixation des taux d'intérêt bas est censée stimuler le crédit et par contrecoup la consommation et les investissements des entreprises. La consommation est la clé d'une économie florissante : une consommation forte joue le rôle de courroie d'entraînement pour les entreprises, appelées à investir plus pour satisfaire la demande. On est dans ce cas en présence d'un cercle économique vertueux. A contrario, une consommation déprimée entraîne une baisse de l'activité des entreprises qui ont moins de raisons d'investir ou d'embaucher; c'est un cercle vicieux de décroissance qui risque de s'installer.
 
Les banques centrales ont la possibilité d'influencer fortement les conditions économiques en fixant des taux d'intérêt plus ou moins élevés. Mais la baisse des taux d'intêret n'est évidemment pas sans conséquences. D'abord, la stimulation du crédit provoque de l'inflation, qui est un gonflement de la masse monétaire. L'inflation provoque un effet mécanique de hausse des prix; les salaires ne s'ajustent qu'après coup à la hausse des prix; laisser filer l'inflation a donc un coût social et politique : cela équivaut dans un premier temps à une baisse des salaires.
 
Le deuxième effet d'une baisse des taux d'intérêt est de désavantager la rente et le capital "dormant" au profit soit de la consommation, soit de l'investissement dans l'économie (dont on sait qu'ils vont se traduire, à terme par des créations d'emplois). L'abaissement des taux d'intérêt abaisse le seuil de rentabilité des entreprises et favorise l'activité plutôt que la finance.
L'alternative, finalement est assez simple : veut-on plus de travail, plus de dynamisme économique, quitte à payer le prix d'une inflation forte et à se satisfaire d'une monnaie faible ? Ou veut-on au contraire une économie de rentiers, molle et générant un chômage structurel fort et permanent ?

Bien sûr, la baisse des taux d'intérêt par la BCE provoquera une baisse de la rémunération des Livrets A. Mais c'est un mal pour un bien car un emploi sera toujours préférable à une rente misérable et au chômage.


Stimuler la consommation devrait se faire sous conditions


Compte-tenu de la sévère crise économique actuelle, un abaissement des taux d'intérêt en Europe semble une nécessité absolue. Mais cette stimulation de la consommation et de l'investissement doit s'accompagner de réformes sous peine de reproduire la situation qu'a connu l'Amérique depuis les années 2000, avec le gonflement et l'éclatement de la bulle financière. Pour que la consommation ne creuse pas les déficits commerciaux mais profite vraiment aux entreprises européennes, il est absolument nécessaire de protéger les industries occidentales avec des barrières douanière destinées à lutter contre le dumping économique, social et monétaire que pratiquent depuis déjà trop longtemps une partie des Nations du monde. Il est temps de mettre un terme à un libéralisme commercial dogmatique, aveugle et indifférent au sort des peuples.

Autres pages sur les taux d'intérêt


Pourquoi la BCE doit baisser les taux d'intérêt (01-10-2008)
Baisse concertée des taux d'intérêt (08-10-2008)
La BCE Baisse ses taux d'intérêt à 3,25 % (06-11-2008)
Qu'est-ce que l'inflation ?
La BCE baisse ses taux à 2,5% (04-12-2008)
La Banque d'Angleterre baisse ses taux à 1% (05-02-2009)

Dernière mise à jour : ( 05-02-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2019 monnnaies numismatique or et pieces de collection |