Accueil arrow Monnaies romaines
22-10-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Monnaies romaines
Les cippes (cippus) sur les monnaies romaines

Un cippe (en latin « cippus » est une pierre dressée sur laquelle était placée une inscription destinée à préserver la mémoire d'un événement. Les cippes diffèrent des colonnes car ils sont plus petits et avaient généralement une forme carrée, alors que la colonne était ronde, large et plus élevée.

Les cippes ont été utilisés pour divers usages, à la fois religieux et séculiers. Il marquaient parfois l'emplacement d'une sépulture familiale; ils pouvaient aussi servir de bornes. La forme et les ornements des cippes, en particulier ceux qui ont été représentés sur les monnaies romaines, a fait qu'ils ont souvent été confondus avec des autels. On les voit quelquefois placés seuls sur le champ des monnaies et portant une inscription. Dans d'autres cas, il sont placés près d'une divinité, qui s'appuie souvent sur ce petit monument.

Exemples de cippes sur les monnaies romaines

Lors du vote du Sénat de Rome qui décerna la couronne civique à Auguste, couronne destinée à être placée devant le portail du palais d'Auguste en commémoration des services rendus en tant que grand serviteur de l'Etat, l'un des triumvirs monétaires de l'Empereur, L. Mescinius Rufus, lui dédia une monnaie avec la mention SPQR inscrite sur un cippe. De la même manière, on peut sur une autre monnaie d'Auguste, sur un cippe, l'inscription « IMP CAES AVG COMM CONS », c'est-à-dire : « Imperatori Caesari Augusto Communi Consensu ».

Sur un autre cippe, sur lequel se tient le dieu Mars Casqué tenant une lance et le parazonium, se trouve l'inscription S.P.Q.R.V.P. RED : « Senatus Populusque Romanus Votum Pro Reditu Caesaris ». Sur une autre monnaie, on peut lire : « PRO SALute ET REDitu AVGusti. Sur une dernière pièce, on lit ceci : « IMP CAES AVG LVD SAEC », c'est-à-dire : « Imperator Caesar Augustus Ludos Saeculares.
La manière avec laquelle tous ces cippes furent érigés par Mescinius Rufus pour conserver la mémoire des évènements sous Auguste figure donc sur les monnaies de cet Empereur et sur celles de la famille Mescinia.

Dernière mise à jour : ( 25-04-2009 )
Lire la suite...
 
Les images de l'Abondance sur les monnaies impériales romaines
L'allégorie de l'Abondance (abundancia en latin) fait partie de ces nombreuses déités et personnifications qui ont été représentées sur les monnaies impériales romaines. Cette divinité allégorique n'a jamais eu de temples ni d'autels érigés en son honneur, ce qui n'empêche pas qu'elle est représentée sur de très nombreuses monnaies ou monuments romains. Sur ces représentations, l'Abondance représentée elle-même ou personnifiant la libéralité de l'Empereur ou d'une Impératice, elle a l'aspect d'une femme vêtue de la stola, tenant une corne d'abondance inclinée vers le sol et qui laisse tomber au sol son contenu en donnant l'impression d'une grande profusion. Parfois, ce sont des pièces de monnaie qui s'écoulent de la corne d'abondance, et ce revers a été utilisé par certains empereurs pour montrer leur générosité envers le peuple, notamment en raison des distributions alimentaires (ou même d'argent) qui avaient lieu à Rome.
 

Quelques représentations monétaires de l'Abondance sur les monnaies romaines

Exemple de monnaie impériale romaine représentant l'allégorie de l'Abondance

Sur cet as de l'Empereur Trajan (98-117 après JC, 11.74 grammes, frappé vers103-111 après JC – Photo CNG), l'Abondance est représentée debout tournée à gauche; elle tient dans une main un épis de blé au dessus d'un modius lui-même débordant de blé. Dans l'autre main, elle tient la Corne d'Abondance, attribut qui la caractérise le mieux. Cette corne d'abondance regorge de fruits divers.

Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
Les erreurs monétaires : les monnaies accidentellement incuses
Il existe des séries de monnaies qui ont été volontairement frappées sur une seule face, le revers apparaissant en creux. Parmi ces monnaies, qui ne sont pas issues d'erreurs de frappes, on trouve notemment des pièces frappées en grand nombre dans les villes grecques d'Italie méridionale (notamment à Tarente, Métaponte, Siris, Pyxus, Sybaris, Pandosia, Crotone, Caulonia, Posidonia, Laus et Temesa).
Cependant, il existe une classe de monnaies accidentellement incuses, que l'on rencontre aussi bien dans les séries grecques que romaines, républicaines ou impériales. Ces monnaies sont des erreurs de frappe : le coin de la monnaie accidentellement incuse a été frappé alors qu'une autre pièce était encore sur le coin dormant. Seule une face de la monnaie a donc été imprimée, tandis que le revers apparaît en creux. Pour désigner ces erreurs de frappe, les anglo-saxons emploient le mot "brockage". Ce type d'erreur monétaire n'est pas rare dans le monnayage gréco-romain. Nous en donnons ci-dessous quelques exemples pris parmi les monnaies de la République et de l'Empire Romain.

Exemple de monnaie grecque accidentellement incuse


Sicile, Syracuse. Agathokles . 317-289 avant JC. Æ Litra (5.74 grammes). Période 1, 317-310 avant JC. A/ SUR[AKOSIWN], tête couronnée de Perséphone à gauche. R/ Avers incus. Références : SNG ANS 593-596; Calciati II pg. 215, 96; SNG Copenhagen 755 var.; SNG Morcom 734; Favorito 43; Laffaille 227 var.; Virzi 1618. Photo CNG
Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
Images et noms grecs et romains des Dieux de l'Olympe

Dans l'Antiquité Gréco-Romaine, 12 dieux ont été considérés comme supérieurs aux autres divinités. Chacun de ces dieux a fini par représenter une force naturelle et une idée morale que les artistes ont représentée sur divers supports, dont les monnaies. Ces dieux se sont vu affubler d'attributs spécifiques (comme par exemple la foudre pour Jupiter).

Trois exemples de Dieux de l'Olympe : de gauche à droite : Junon, Venus et Jupiter
Trois exemples de Dieux de l'Olympe : de gauche à droite, Junon, Venus et Jupiter

Le tableau ci-dessous présente la liste des Douze dieux principaux de l'Olympe, leurs noms grecs et leur équivalent romain, mais aussi la force naturelle qui leur était attaché et l'idée morale qu'ils incarnaient. Chaque dieu est illustré par le revers d'une monnaie antique.

Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
Le système monétaire romain entre 31 av JC et 68 après JC

Cet article présente le système monétaire impérial Julio-Claudien entre 31 avant JC et 68 après JC.

Les principales dénominations des utilisées dans le monnayage officiel de ateliers impériaux et leurs relations sont résumées dans le tableau suivant :

 

Aureus

Quinarius Aureus

Denarius

Quinarius

Sestertius

Dupondius

As

Quadrans

Aureus

1

2

25

50

100

200

400

1600

Quinarius Aureus

1/2

1

12 1/2

25

50

100

200

800

Denarius

1/25

2/25

1

2

4

8

16

64

Quinarius Argenteus

1/50

1/25

1/2

1

2

4

8

32

Sestertius

1/100

1/50

1/4

1/2

1

2

4

16

Dupondius

1/200

1/100

1/8

1/4

1/2

1

2

8

As

1/400

1/200

1/16

1/8

1/4

1/2

1

4

Quadrans

1/1600

1/800

1/64

1/32

1/16

1/8

1/4

1

Toutes ces monnaies n'ont pas été utilisées en permanence, mais les équivalences sont valables quand même. Dans les ateliers officiels d'Orient, des noms de monnaies grecques héritée des systèmes monétaires antérieurs existent, mais on peut leur attribuer des équivalences précises dans le système monétaire impérial. C'est le cas en particulier des cistophores émis dans certains ateliers d'Asie Mineure, et qui sont appelés ainsi car ils sont dérivés de séries monétaires émises sous la République avec le type de la ciste mystique; ces monnaies sont équivalentes à 3 deniers romains. En ce qui concerne les didrachmes d'argent, les drachmes et les hémidrachmes de Césarée en Cappadoce, elles sont équivalentes respectivement à 2 deniers, 1 denier et 1 quinaire d'argent.

Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 28 - 36 sur 124
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |