Accueil arrow Monnaies romaines
14-08-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Monnaies romaines
La silique, une monnaie romaine en argent du IVème siècle

La silique est une petite monnaie romaine d'argent dont la frappe a commencé au IVème siècle de notre ère pour se prolonger à Byzance au cours des siècles suivants.

Exemple de silique de Valentinien I

Exemple de silique de Valentinien I. 364-375. Silique, argent, 1.73 grammes. Photo CNG – Estimation : 200 USD. Prix réalisé : 385 USD

 

Contexte historique de création de la silique

 
A la fin du IIIème siècle, l'Empire romain a échappé à une crise qui failli lui être mortelle. L'action énergique des Empereurs Illyriens comme Aurelien, Probus ou Dioclétien on permis de redresser la situation. Mais le système monétaire est ébranlé en profondeur, et sous le règne de Constantin, il ne reste rien du système monétaire mis en place par Auguste et hérité de la République. Les tentatives de restauration d'une monnaie d'argent stable et de bon aloi ont échoué (l'argenteus de Dioclétien). C'est sous le règne de Constantin qu'apparaissent les siliques, qui sont de petites monnaies d'argent, que l'on ne pas comparer, ni sur un plan stylistique, ni sur un plan monétaire au forts deniers d'argent des débuts de l'Empire.
Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
Le caducée : un symbole de Mercure sur les monnaies romaines
Gros plan d'un caducée entouré de deux cornes d'abondance sur une monnaie romainesUn Caducée (en latin Caduceus ou Caduceum) est un baguette autour de laquelle sont entrelacés deux serpents; le corps des reptiles constitue un demi cercle et les têtes des deux serpents se font face. Il s'agissait d'un attribut spécifique de Mercure. La prudence est censée être représentée habituellement par les deux serpents entrelacés et les ailes qui sont quelquefois ajoutées au Caducée sont le symbole de la rapidité, deux qualités nécessaires dans le commerce qui était patronné par Mercure. C'était aussi le symbole de la paix et de la concorde, que ces divinités étaient censées avoir reçu d'Apollon en échange de la lyre.
On peut voir des Caducées sur de nombreuses monnaies romaines, dont celles de la famille Romaine Cestia sous la République, ainsi que sur les monnaies des gens Claudia, Licinia, Plaetoria, Sepullia. Sur les monnaies impériale romaine, de même, les caducées sont fréquemment représentés, notamment sur les monnaies de Jules César, Auguste, Marc Antoine, Tibère, Néron, Vespasien, Titus, Domitien, Nerva, Trajan ou encore Postume.

On peut voir le Caducée dans la main de Mercure sur des monnaies des Empereurs Tibère (monnaie coloniale), d'Antonin le Pieux, de Marc Aurèle, d'Herennius, d'Hostilien, de Gallien, de Postume (MERCVRIO FELICI), de Claude le Gothique, de Numérien, etc.

Le caducée dans la mains d'une figure féminine, telle que les personnifications de la Félicité, de la Paix, de la Concorde, de la Sécurité, apparaît sur des monnaies des Empereurs entre Jules César et Constantin le Grand.
Le Caducée entre deux cornes d'abondance indique la Concorde et peut se voir sur des monnaies d'Auguste, de Marc Antoine, de Vespasien, Titus, Domitien, Nerva, Antonin le Pieux, Marc Aurèle, Claudius Albinus. Sur une monnaie d'Auguste on peut voir trois mains jointes; avec un caducée, les faisceaux, l'axe sacrificiel, et le globe, associant ainsi le caducée avec d'autres symboles du pouvoir.
Un caducée et deux épis de blé, tenu par deux mains droites jointes est représenté sur des monnaies du haut Empire. Sur un sesterce de Drusus Junior et comme une instance de la FIDES PVBLICA, sur les monnaies d'argent de Titus, et les bronze de Domitien.
Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
Les images de la Fides (loyauté) sur les monnaies romaines

Gros plan de l'image de la fidélité sur une monnaie romaineLa Fides (bonne foi, fidélité, loyautéà était adorée comme une déesse par les Romains, selon Cicéron, Lactance, et d'autres auteurs. Attilius Calatinus dédia un temple à Fides, près de celui de Jupiter, où la personnification avait des prêtres et des sacrifices spécifiques pour son culte.
Sur les deniers des Licinia et d'autres familles romaines, sa tête apparaît quelquefois couronnée avec avec une couronne d'olivier, qui symbolise la préservation de la paix. Sur d'autres monnaies elle est couronnée avec du laurier, qui est une garantie de victoire. Le type de la personnification de la Fidélité se présente de très nombreuses manières sur les monnaies impériales romaines :
-Fides (la déesse elle-même), est présentée sur une monnaie de Claude II une lance à la main.
-Fides Augusta figure sur un grand bronze de Plotine.
-Fides Augustorum, se tient debout avec une corne d'abondance sur une monnaie de Maximien.
Parfois le type de la loyauté consiste en deux mains jointes, ou encore dans un caducée et deux épis de blé, tenus par deux mains droites; ou par une enseigne militaires tenue par deux mains droite. Cependant, on lit aussi Fides Publica, comme sur des monnaies de Titus, ou Fides exercitum, comme sur les sesterces de Vitellius ou de Nerva; et dans ce cas les deux mains jointes symbolisent la bonne foi et la fidélité des soldats et du peuple envers le prince régnant, et non pas la Fidélité en tant que déesse. Des exemples du types précédent sont également fournis par des monnaies de Balbin et Pupien.

Le type d'une femme drapée, tenant dans sa main droite une enseigne militaire plantée dans le sol, et tenant une autre enseigne transversalement sous son bras gauche, accompagne la légende CONCORD EXERCI sur les monnaies d'or de Claude II.
La notion de loyauté et de fidélité entre les poliques et les militaires fut capitale tout au long de la période républicaine et impériale. Beaucoup d'Empereurs, en particulier au IIIème siècle, on eu conscience que leur pouvoir ne dépendait que du bon vouloir de l'armée et on fait reproduire souvent des images de la Fides exercitum sur le revers des monnaies, ce qui n'a pas toujours suffit à les maintenir au pouvoir (et en vie).

Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
Les images de Phénix sur les monnaies romaines
Phénix,c'est le nom qui était donné par les Egyptiens à un oiseau fabuleux caractérisé par son pouvoir deExemple de représentation de Phénix sur une monnaie romaine renaître après s'être consumé sous l'effet de sa propre chaleur. Il symbolise les cycles de mort et de résurrection. Certains auteurs de l'antiquité ont pensé que le Phénix existait vraiment, alors que d'autres auteurs ont pensé qu'il ne s'agissait que d'une fable. De nombreux auteurs chrétiens de l'Eglise des origines ont suivi la tradition du paganisme au sujet du Phénix et l'ont adopté comme symbole de la résurrection.
Sur les monnaies impériales on le trouve représenté avec la tête surmontée de rayons, qui symbolisent l'éternité.
Le Phénix figure sur des monnaies de Constantin le Grand, ainsi que sur celles de ses fils, après l'exemple donné par les princes et princesses du haut Empire pour désigner par cet oiseau réputé éternel en même temps l'éternité de l'Empire ainsi que celle dont les princes étaient sensés posséder car ils étaient placés au rang des dieux immortels.
Des Phénix figurent sur des monnaies de Trajan et d'autres empereurs, mais aussi sur des pièce de bronze de Fautine l'Ancienne; sur une de ses monnaies, on peut voir une femme assise tenant un Phénix dans sa main droite.
Le Phénix sur les monnaies ne signifie pas seulement l'éternité, mais aussi l'espoir dans des temps meilleurs, puisque l'oiseau était censé renaître de ses cendres. On le voit parfois perché sur un globe, mais il est plus fréquemment représenté dans la main de l'Empereur.
Le mythe du Phénix, dont les origines sont particulièrement anciennes, a connu une nouvelle jeunesse au IVème siècle car il a été utilisé comme un symbole de restauration ou de renaissance sur le revers des monnaies (FEL TEMP REPARATIO), ainsi qu'on peut le voir par exemple sur les monnaies de Constans. Sur une monnaie de Constantin le Jeune, une figure militaire tient un Phénix plutôt que l'image traditionnelle de la Victoire. On voit aussi parfois cet oiseau posé sur une montagne ou sur des rochers. Il est parfois représenté sur les bûchers funéraires.
Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
Lire la suite...
 
Géographie de la guerre des Gaules
Géographie de la guerre des Gaules

Pendant la guerre des Gaules, qui se déroule de 58 à 51 av JC, César parcourt la Gaule Ultérieure, la Narbonnaise et la Belgique en tous sens. Il s'offre même le luxe de franchir le Rhin en direction de la Germanie et la Manche en direction de la Bretagne (Grande-Bretagne actuelle). Des cartes générales, qui illustrent les différentes campagnes de César, ainsi qu'un résumé des principaux évènements de la guerre permettent de localiser les grands traits de la géographie de la guerre des Gaules.
 

Sommaire de l'article


La Gaule avant la conquête

La conquête de la Gaule (58-55 avant JC)

La Guerre des Gaules (54-51 avant JC)

Bibliographie sur la Guerre des Gaules

Autres pages sur la Guerre des Gaules, les Gaulois et Jules César


Dernière mise à jour : ( 20-03-2012 )
Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 19 - 27 sur 124
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |