Accueil arrow Monnaies romaines arrow Les monnaies commémoratives de Rome et Constantinople
21-10-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Les monnaies commémoratives de Rome et Constantinople
31-10-2012
Constantin et ses fils ont émis différents types de monnaies commémoratives entre 330 et 346 après JC. Ces monnaies ont été créées pour marquer la fondation de Constantinople mais aussi pour réaffirmer Rome en tant que centre traditionnel de l'Empire romain.

Les deux monnaies commémoratives les plus communes sont les pièces de type Constantinopolis, dont le revers présente une Victoire sur une proue, et les pièces de type Urbs Roma, dont le type est celui de la Louve et des jumeaux Romulus et Rémus.

Photos des pièces Constantinopolis et Urbs Roma

 
 
Monnaie commémorative
de Rome
Monnaie commémotative de Constantinople
 Monnaie Urbs Roma Avers  Monnaie Constantinopolis revers
 Monnaie Urbs Roma revers <  
Monnaie Constantinopolis Avers


Carte des ateliers monétaires qui ont produit des monnaies Urbs Roma et Constantinopolis


13 ateliers monétaires ont fabriqué les monnaies Urbs Roma et Constantinopolis

Nom latin Nom moderne Pays Marques d'atelier
Trier Trêves Allemagne TRE, TROB, TR, ATR, STR, BTR, IITR, PTR, PTRE, SMTR, SMTRP, SMTRS, TRB, TRS, TRP, TROB, TRPS
Lugdunum Lyon France LVGD, LVGPS, PLG, SLG
Arelate Arles France A, AR, ARL, CON, CONST
Aquileia Aquilée Italie AQ, AVIL, AQOB, AQPS, SMAQ
Roma Rome Italie R, RM, ROMA, VRB, ROMOB
Siscia Sisak Croatie SIS, SISC, SISCPS
Thessalonica Thessalonique Grèce SMTS, TS, TES, TESOB, THS, THSOB
Heraclea Marmara Ereglisi Turquie HERAC, HERACL
Constantinople Constantinople Turquie C, CP, CON, CONS, CONSP, CONOB
Nicomedia Izmit Turquie NIK, NIC, NICO
Cyzicus Kapu Dagh Turquie CVZ, CVZIC, CVZICEN, SMK
Antioche Hatay Turquie AN, ANT, ANTOB, SMAN
Alexandria Alexandrie Egypte AL, ALE, SMAL


Signification des pièces Urbs Roma et Constantinopolis


La figure féminine qui est représentée à l'avers des deux pièces est une personnification de Rome ou de Constantinople. Les deux étoiles qui se trouvent au revers de la pièce commémorative de Rome représentent les Dioscures (les jumeaux Castor et Pollux).

Le type à la Victoire sur la proue de navire est une allusion à la victoire sur Crispus et à la capture consécutive de Byzance qui allait peu de temps après être renommée Constantinople.

Zozime expliqua que la flotte de Constantin comptait 200 navires et celle de Licinius en avait 350. Zozime a probablement exagéré, mais toutes les sources concordent pour dire que la flotte de Constantin était nettement moins nombreuse. Dans ces conditions, qu'est-ce qui permit à Constantin d'emporter la victoire ? Constantin avait-il de meilleurs marin ? A moins que ce ne fut la divine Providence...

Un papyrus des environs de 323 après JC nous donne la réponse. La lettre est celle d'un procurateur qui déclare que le gouvernement d'Egypte avait un besoin urgent de bois d'acanthe pour réparer les navires qui se trouvaient dans les arsenaux de Memphis et Babylone. L'Egypte envoya un total de 130 navires pour qui vinrent grossir la flotte de Licinius, mais il semble qu'il s'agissait presque d'épaves (référence : C. H. Roberts, "A Footnote to the Civil War of A.D. 324." Journal of Egyptian Archaeology 31 (1945) : 113.)

La description des pièces au type de Constantinopolis dans le Roman Imperial Coinage présente la personnification de Constantinople en train de tenir une lance inversée. Cet objet pourrait être plutôt un sceptre qu'une lance inversée. Il faut comparer ces objet avec le sceptre que tient la victoire au revers de la monnaie. Les extrêmités sont similaires, toute deux sont terminées par de petits globes.

Sur certaines monnaies, Constantinopolis tient ce que l'on pourrait considérer comme une croix-sceptre avec un globe (souvent surmonté par un globe plus petit). Cela pourrait avoir une signification chrétienne, mais Constantin utilisa ce symbolisme pour la première fois en 315 après JC sur un médaillon d'argent, qui portait également le chrisme sur la crête. Ce médaillon fut frappé à Ticinum. La croix sceptre fut par la suite un attribut impérial et un signe du pouvoir sur certaines monnaies d'or de Valentinien III.

La symbolique des monnaies n'était pas toujours bien comprise par le public


Ce symbolisme, ainsi que d'autres images, pourrait bien ne pas avoir été compris par de nombreuses personnes à l'époque. Au VIème siècle, Jean d'Ephèse écrivit que le public croyait que la figure de Constantinopolis sur les pièces d'or de Justin II était une Vénus (Jean d'Ephèse vécut aux environs de 507-588 après JC et passa de nombreuses années à Constantinople. Cf. R. Payne Smith dans "Ecclesiastical History of John, Bishop of Ephesus", Oxford University Press, 1860 : p. 192.). Il semble que de nombreux messages des monnaies anciennes étaient très mal compris !

Les ateliers d'Héraclée, de Constantinople, de Nicomédie et de Cyzique, qui étaient entourés par la "Propontis", c'est-à-dire par la mer de Marmara, supprimèrent le S de la légende du revers. Il s'agit d'une variation régionale qui "reflète la chute du S terminal dans le langage parlé" (J. P. C. Kent,   "Urbs Roma and Constantinopolis: Medallions at the Mint of Rome." Scripta Nummaria Roman. Essays Presented to Humphrey Sutherland. London: Spink & Son (1978) : 106).

La légende de l'avers est toujours divisé ainsi : CONSTAN-TINOPOLIS à l'exception des pièces frappéesà Rome et de quelques monnaies émises à Aquilée (RIC 137), qui utilisaient la coupure de légende suivant : CONSTANTI-NOPOLIS. Parfois les graveurs ne comprenaient pas ce que le revers était censé montrer et gravaient une proue se déplaçant vers la Victoire, à la place de la Victoire se tenant debout sur la proue. La tendance dans les ateliers occidentaux était de représenter la proue de manière très simplifiée; au contraire quelques ateliers orientaux ont parfois représenté la proue avec plus de détails et quelquefois on peut voir les rames de la galère. [texte d'après www.constantinethegreatcoins.com]

La valeur des pièces de type Urbs Roma et Constantinopolis


Dans l'ensemble, les pièces de type Urbs Roma et Constantinopolis ne sont pas rares. On pourra découvrir sur les pages suivantes quelques prix de monnaies vendues sur eBay :

Valeur des pièces de type Urbs Roma {prix de ventes réalisées sur eBay France}

Valeur des pièces de type Constantinopolis {prix de ventes réalisées sur eBay France}

Monnaies de Constantinopolis et Urbs Roma actuellement en vente


Cliquez sur les liens ci-dessous pour découvrir l'offre de monnaies de type Urbs Roma et Constantinopolis actuellement en vente sur eBay France


Autres pages sur Constantin et ses monnaies


Biographie de Constantin (courte biographie tirée de la biographie universelle de Weiis, écrite au XIXème siècle)
Une victoire de Constantin I
Une monnaie Constantin I le montrant avec le dieu du Soleil
Romulus et Rémus (sur les monnaies romaines)
Dernière mise à jour : ( 26-08-2015 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |