Accueil arrow Monnaies romaines arrow Les légendes des monnaies impériales romaines
15-08-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Les légendes des monnaies impériales romaines
Les inscriptions ou légendes que l'on trouve sur les monnaies constituent un des éléments les plus importants des études numismatiques, étant donné que c'est à partir ce ces légendes monétaires que l'on identifie le plus grand nombre d'éléments qui sont l'objet de la science numismatique.
Les légendes figurant à l'avers des monnaies portent généralement le nom et les titres des dirigeants représentés sur ces pièces. Un grand nombre de portraits, mais pas tous, ont été préservés par la statuaire. On doit la connaissance de chaque portrait de dirigeant aux monnaies qui portent en même temps leur nom et leur portrait.

Sans les monnaies, bon nombre de sculptures seraient restées anonymes.

De plus, c'est grâce au légendes figurant sur les monnaies que l'on doit un grand nombre de connaissances sur la chronologie, l'histoire, la religion et les coutumes des Ancients romains.
On pourrait même espérer que les monnaies portent l'inscription de leur valeur, mais hélas cette coutume de la République romaine a été abandonnée au cours de la période impériale au cours de laquelle, sauf de rares exceptions, la valeur des pièces n'a jamais été inscrite sur les monnaies. De nombreux débats et discussions ont eu lieu pour résoudre la question de la valeur des pièces, mais certains ne sont pas résolus à ce jour.

Le Latin, grâce à sa concision, est la langue par excellence de l'épigraphie, et se prête à merveille à la condensation des idées et à l'expression en peu de mots de la grandeur Romaine.
Dans aucun autre langage les légendes ne sont aussi brèves et en même temps si finement expressives et claires. L'expression d'une grande idée ou d'une action importante est gravée en deux ou trois mots, comme par exemple sur les légendes suivantes :

RECTOR ORBIS
RESTITVTORI GALLIAE
REX ARMENIS DATVS
SECVRITAS ORBIS
SAECVLI FELICITAS
ADVENTVS AVG
ROMAE AETERNAE

Les légendes des avers des monnaies sont dédiées aux noms et aux titres des empereurs, des impératrices ou des césars représentés sur les monnaies, tandis que les légende des revers des monnaies se réfèrent à de évènements ou à des illustrations très variés.

Le nom qui figure à l'avers des monnaies romaines est généralement écrit au nominatif (HADRIANVS AVGVSTVS, IMP. PROBVS AVG, etc), sauf dans quelques cas où c'est le datif qui est employé (IMP. NERVAE TRAIANO, etc). C'est aussi le cas qui est utilisé au lieu du nominatif sur les monnaies de Consécration (DIVO PIO, DIVO CARO).

Sur les revers des monnaies impériales romaines, par contre, un bien plus grand nombre de cas était utilisé. Pour les divinités, le nominatif, le datif et parfois l'accusatif étaient employés (IVPITER, IOVI MARS, MARTI, IVNO IUNONI, IVNONEM). Pour les Empereurs et les Impératice, c'est le nominatif ou le datif qui étaient utilisés (RECTOR ORBIS, RESTITVTORI ORBIS TERRARVM, MATER AVGG, MATRI CASTRORVM). Pour les personnifications allégoriques, le nominatif, le datif et parfois l'ablatif (PAX FELICITATI, PERPETVITATE). Les évènements historiques étaient commémorés au nominatif ou avec l'ablatif absolu (FELIX PROCESSVS CONS, ADLOCVTIO, ou encore VEHICVLATIONE ITALIAE REMISSA). La cérémonie de la Consécration est toujours exprimée au nominatif (CONSECRATIO). Les prières faites pour l'empereur appelées Voti sont exprimées au nominatif ou à l'ablatif (VOTA, VOTIS).

Les monnaies sans légende sont très rares dans la série des monnaies impériales romaines. Certaines monnaies n'ont que l'avers sans légende, d'autre pièce n'ont que le revers anépigraphe. Ce sont les monnaies les plus courantes, particulièrement si on rajoute parmi ces monnaies celles qui ne portent que les lettres SC (Senatus Consulto = monnaie émise avec l'accord du Sénat). Les revers sans légendes sont très fréquents sur les médaillons de bronze.

Langage dans lequel les légendes des monnaies impériales romaines sont écrites

Les monnaies impériales romaines portent des légendes écrites en latin sur toutes les monnaies émises pendant la période de l'Empire romain d'Occident. Pendant la période la plus prospère de l'Empire, elles étaient correctement formulées, mais elles se sont dégradées par la suite.
Cependant, dès les débuts de l'Empire d'Orient, l'alphabet grec a commencé à être introduit dans les légendes des monnaies. Cette nouveauté s'est produite pour la première fois sous Anastase, uniquement pour indiquer l'année de son règne, mais par la suite des informations plus importantes ont été rédigées en grec sur les légendes des monnaies.
Après le règne d'Anastase, le grec a été progressivement introduit sur les monnaies, d'abord déguisé sous forme de lettres latines dans les mots BASILEOS ou DESPOTES. Au VIIIème siècle, ces expression grecques ont supplanté les termes latins AVGVSTVS ou DOMINVS. On voit alors souvent les lettres latines présentées à la manière des lettres grecques; au cours du IXème siècle, le grec supplante définitivement le latin.

En règne générale, les légendes commencent à gauche et suivent le tour de la pièce, l'ensemble de la légende étant disposé de manière à ce que l'on puisse lire la légende depuis le centre de la monnaie. Les légendes commencent rarement par la droite et doivent être lues en tournant la pièce, la base des lettres étant tournée vers l'intérieur de la monnaie.

Les dates ne sont jamais directement exprimées sur les monnaies romaines, sauf dans des cas tout à fait exceptionnels, qui n'existent qu'au nombre de trois : une monnaie d'Hadrien connue en or et en bronze porte l'inscription suivante : ANN DCCCLXXIIII NAT VRB P CIR CON, ce qui correspond à l'année 874 "Natalis urbis primum circences constitui". Une autre monnaie de Philippe I porte la légende MILIARIVM SAECVLUM qui avait pour but de commémorer le millénaire de Rome; la dernière monnaie impériale romaine portant un millésime est une pièce de Pacatien qui porte la légende AN. MILL ET PRIMO.
Bien que les monnaies impériale romaines ne portent pas de millésime, on peut cependant les dater indirectement dans la plupart des cas.
Au cours de la première période de l'Empire, le nombre des Consulats exercé par l'Empereur au moment où la monnaie est frappée se trouve gravé sur les monnaies. Plus souvent encore, c'est la Puissance Tribunicienne qui est indiquée sur la monnaie. Ces éléments nous donnent la date de la pièce. Beaucoup plus tard, sous le règne de Justinien, les années du règne sont indiquées sur les monnaies.

La fonction du Tribunat était donnée annuellement et fut renouvellée jusqu'à l'époque d'Antonin le Pieux, en se référent à la première fois où elle fut attribuée, puis, entre le règne d'Antonin le Pieux et de Gallien, à partir du premier janvier.

Le Consulat n'a jamais été conféré ou renouvelé régulièrement; par contre nous connaissons précisément la liste des Consuls pendant tout l'Empire. A l'aide de ces deux indications, le Consulat et le Tribunat, il est possible de dater la plupart des monnaies impériales romaines.

Par exemple si l'on prend une monnaie de Marc Aurèle qui porte la légende suivante : M AVR ANTONINVS AVG TR P XV COS III, en sachant que Marc Aurèle obtint pour la première fois le Tribunat de la Plèbe en 147 après JC, la monnaie a été frappée au cours des quinze années suivantes, c'est-à-dire en 161, la date qui correspond exactement avec son accession au 3ème Consulat.

Les titres et les fonctions suivent parfois le nom de l'Empereur dans la légende de l'avers des monnaies; au contraire, il arrive parfois qu'elles consituent une partie de la légende du revers.
D'autres fois encore, on les trouve partiellement sur les Avers et sur les Revers, et dans ce cas elles occupent souvent l'espace de l'exergue. Aucune indication de date n'est donnée sur les monnaies des impératrices.

Les abréviations sur les monnaies impériales romaines

Les légendes des monnaies impériales romaines, et d'ailleurs généralement sur toutes les monnaies que produisaient les Anciens, sont écrites avec des abréviations, généralement sans distinction entre les différents mots. Prenons par exemple le cas d'une légende commune d'une monnaie de Trajan :
IMPCAESARNERVATRAIANAVGGERPARTHDACPMTRPCOSVPP
Si l'on sépare les différents mots de cette légende, on trouve ceci :
IMP CAESAR NERVA TRAIAN AVG GER PARTH DAC PM TR P COS V PP
Lorsqu'on complète les mots abrégés on obtient la légende suivante :
Imperator Caesar Nerva Trajanus Augustus Germanicus Parthicus Dacicus Pontifex Maximus Tribunitia Potestati Consul quinquies Pater Patriae.

Un certain degré de pratique des monnaies romaines est nécessaire pour lire les légendes et les déchiffrer. Il faut aussi se munir d'un glossaire des abéviations figurant sur les monnaies impériales romaines.
Dernière mise à jour : ( 22-04-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |