Accueil arrow Monnaies romaines arrow Les images de la Libéralité (liberalitas) sur les monnaies romaines
20-10-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Les images de la Libéralité (liberalitas) sur les monnaies romaines

Exemple de représentation de la Libéralité sur une monnaie romaineLa Libéralité (« liberalitas » en latin) est une des principales vertus et en même temps une qualité qui figure souvent les monnaies impériales romaines, sous la forme de légendes et des types. Ces monnaies ont souvent été frappées pour attester de la générosité des empereurs envers le peuple, par le biais de distributions de toutes sortes en leur faveur, que ce soit en argent ou en provisions alimentaires. Au cours des périodes les plus anciennes de l'Empire, ces distributions sont appelées « Congiarium » ( = Congiaires, = Munus) car les distributions étaient dites « congios oléo pleno », ce qui signifie que l'on distribuait au peuple des récipients pleins d'huile. Pendant la période de la République, les Ediles se préoccupaient particulièrement de ces distributions qui pouvaient leur donner une grande popularité. Naturellement, les Empereurs ont continué ces pratiques et on trouve occasionnellement sur leurs monnaies le mot CONGIARIVM, mais le terme le plus commun est LIBERALITAS; à ce nom Liberalitas est souvent accolé un numéro qui correspond au nombre des Libéralités accordées par les Empereurs.

C'est à l'occasion de ces munificences impétiales qu'une certaine somme d'argent était donnée à chaque personne, et quand des grains étaient distribués, ou du pain, pour empêcher l'action des démons susceptible de provoquer disettes et les famines, on parlait d'Annona (Annone). Lorsque l'Empereur donnait à la paye ordinaire des soldats quelque chose en plus, on parlait de « Donativum », un terme, cependant, qui n'apparaît pas sur les monnaies, mais qui est compris sous celui de Liberalitas ou de Congiarium. Après le règne de Marc Aurèle, on ne rencontre plus la légende CONGIARIVM, et l'expression LIBERALITAS est la seule a être employée.
La libéralité est personnifiée sous l'image d'une femme tenant dans une main une tessère, ou une tablette carrée (l'abaque), avancée d'une main, et sur laquelle se trouvent un certain nombre de points, montrant le type de distribution effectué par le Prince, qu'il s'agisse d'argent, de blé ou d'autres objets. De l'autre main, Liberalitas tient une corne d'abondance, pour indique l'abondance des victuailles contenues dans les greniers publics.
La Libéralité préside lors de tous les Congiaires.
Les Liberalitas Augusti ( = Les Libéralités de l'Auguste) sont de deux sortes : les libéralités ordinaires et extraordinaires. La première mention de Liberalitas figure sur des monnaies d'Hadrien. Sur celles de ses successeurs, elle est fréquemment représentée. Ces manifestations de la générosité impériale sont bien mieux connues grâce aux monnaies (notamment leur fréquence) que par les sources traditionnelles de l'histoire.
Sur une monnaies d'Hadrien frappée sous son second consulat, en l'an de Rome 870, on peut voir deux figures assises sur un « suggestum » c'est à dire une plate-forme. Le Génie de la Libéralité, dont les attributs sont décrits ci-dessous, se tient devant ou derrière eux. Une autre figure monte une petite flamme sur les escaliers qui conduisent à la plate-forme, où les cadeau de l'Empereur était distribué.
 
Sur une monnaie d'or d'Antonin le Pieux, ainsi que sur des pièces de Philippe Senior, l'Empereur est assis dans une chaise curule, placée sur une plate-forme; devant lui se tient l'image de Liberalitas, qui vide de l'argent contenu par une corne d'abondance dans les mains d'un homme qui est en train de monter sur la plate forme.
Sur les monnaies d'argent d'Antonin le Pieux, on voit la figure d'une femme tenant une corne d'abondance dans la main gauche et dans sa main droite une tessère ou une tablette qui précise quelle est la quantité de nourriture distribuée à chaque personne à prix réduit grâce à la Libéralité de l'Empereur ou sur laquelle était inscrit ce que l'on distrubuait à chaque citoyen.
Une monnaie d'or d'Elagabale montre cet empereur assis sur un « suggestum », avec la libéralité qui se tient à ses côtés ainsi que le Préfet du Prétoire ou un licteur qui distribue le congiaire aux citoyens romains.
Des monnaies d'Hadrien portent la légende LOCVPLETATORI ORBIS TERRARVM, et on peut voir que cette légende se rapporte aux libéralités de cet empereur, qui, sous les auspices de la Déesse est en train de distribuer ses cadeaux.
Une monnaie d'Antonin le Pieux émise peu de temps avant sa mort lors de son quatrième consulat, pendant l'année 914 de Rome porte l'épigraphe LIBERALITAS AVG IX, ce qui signifie que cette monnaie a été émise lors de la neuvième libéralité de cet empereur.

Les monnaies de Commode et Caracalla présentent huit libéralités, celles d'Hadrien et Marc Aurèle sept, celles de Septime Sévère et Géta six, celles d'Elagabale et Gordien le Pieux et Gallien, quatre, celles de Lucius Verus trois et deux sur celles des deux Philippes (sur les monnaies de ces empereurs, le père et le fils sont représentés côte à côte, sans les personnes qui reçoivent la libéralité).
Une des libéralités les plus remarquables d'Hadrien est celle au cours de laquelle il remis au peuple les arriérés des taxes accumulées pendant l'espace de 16 ans, que le Trésor aurait pu réclamer. Les reconnaissances de dette furent brûlées sur le Forum à Rome.

Exemples de monnaies représentant la personnification de la Libéralité

Antonin le Pieux. 138-161 après JC. Æ Sesterce (24.63 gm). Frappé en 148 AD. A/ Tête laurée tournée à droite R/ LIBER-ALIT-AS AVG V, Antonin assis à gauchesur une chaise curule étendant la main à une figure se trouvant à droite pour la recevoir. Statue de la Liberalitas debout à gauche, tenant l'abaque et une corne d'abondance. Référence : RIC III 775; BMCRE 1693; Cohen 511.(photo CNG)


Hadrien. 117-138 après JC. Æ Sesterce (28.83 grammes). Frappé en 118 après JC. A/ Buste lauré tourné à droite R/ Hadrien assis à gauche sur une plateforme. A gauche Liberalitas debout devant une figure qui distribue un donation à un citoyen qui monte sur la plateforme. Référence : RIC II 552; Banti 488. VF, two-tone brown patina. (photo CNG)


Pupien (238 après JC), AE sesterce, Rome. Droit : IMP CAES M CLOD PVPIENVS AVG B. l., drapé à droite. Revers : LIBERALITAS AVGVSTORVM /S-C Liberalitas debout de face, tête à gauche, tenant un abaque et une corne d'abondance. Référence : BMC 251, 10; RIC 14; C., 15. 21,06g. (J. Elsen et ses Fils)


Philippe II Auguste (246-249 après JC), AE sesterce, s.d. Rome. Droit : IMP M IVL PHILIPPVS AVG B. l., drapé, cuirassé à droite. Revers : LIBERALITAS AVGG III/ SC Philippe père et fils, assis à gauche sur des chaises curules, tenant chacun un sceptre et tendant la main. Ref.: RIC 267a; C., 18. 16,61g. (Photo J. Elsen et ses Fils)

Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |