Accueil arrow Monnaies du Moyen Age arrow Une monnaie romaine de Charles d'Anjou
16-08-2017
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Une monnaie romaine de Charles d'Anjou

Italie, Sénat de Rome. Charles d'Anjou, première dignité sénatoriale. 1263-1266. Gros d'argent (2,91 grammes). A/ + K A R 0 L V S . S . P. Q . R . ( Karohts, Senatns populusque romanus. Lion marchant à gauche; au-dessus, l'écu de France à trois fleurs de lys, chargé en chef d'un lamhel à trois pendants. R/ RO MA CAP MVNDI. Rome, sous la figure d'une femme, assise de face, la tête couronnée, tenant dans la main droite un globe, et dans la gauche une palme. Photo CNG

Cette monnaie d'argent a été frappée par Charles d'Anjou, frère de saint Louis, en son titre de sénateur de Rome.
Le sénateur était, au treizième siècle, le premier magistrat de la république romaine. Les papes, suivant qu'ils furent puissants ou faibles, et selon le degré d'autorité qu'ils eurent sur les Romains, retinrent pour eux ou abandonnèrent au peuple l'élection du sénateur. A plusieurs reprises, au treizième siècle, il y eut à la fois deux sénateurs.
Le peuple romain, s'étant, au douzième siècle, constitué en république, s'empara du droit de battre monnaie, qui avait jusque là appartenu au souverain pontife. Clément III, d'ailleurs, reconnut, en 1188, le droit du peuple romain à frapper monnaie; tout en se réservant un tiers sur les profits provenant du monnayage. La plupart des sénateurs n'ont mis sur les espèces émises pendant la durée de leur magistrature que leurs armoiries, ou l'initiale de leur nom, et cela d'une façon peu apparente. Deux seulement ont osé y inscrire leur nom en toutes lettres ; ce sont Brancaleone et Charles d'Anjou. Le premier était un citoyen de Bologne, que les romains, profitant de l'absence du pape Innocent IV, appelèrent en 1232 pour les gouverner; il exerça pendant trois ans un pouvoir dictatorial. Quant au second, Charles d'Anjou, il fut plusieurs fois investi de la dignité sénatoriale. Le 29 mai 1263, le frère de saint Louis fut proclamé sénateur pour un an; bientôt après, le 6 janvier 1260, il fut couronné roi de Sicile par le pape Clément IV. Ce même pontife lui conféra à nouveau, en septembre 1268, le titre de sénateur, qu'il devait conserver pendant dix ans. Enfin, Martin IV ayant obtenu des Romains la reconnaissance solennelle du droit qu'avait le pape de gouverner la ville, nomma Charles d'Anjou sénateur à vie. Charles mourut, comme on sait, le 7 janvier 1283 ; mais quelque temps avant sa mort le peuple romain s'était soulevé contre le vicaire royal qui le représentait à Rome.

La monnaie représentée plus haut a été émise après le 29 mai 1205, et avant le 6 janvier 1266. En effet, Charles d'Anjou, une fois roi de Sicile, fît mettre son nouveau titre sur Jes monnaies romaines, comme le prouve une seconde monnaie. Le type de ces deux belles monnaies d'argent n'a pas été inauguré par le roi de Sicile. C'est sous Brancaleone qu'il apparaît pour la première fois ; c'est à lui que Charles d'Anjou l'a emprunté. Si nous en voulions croire Fioravanti, les Romains, en choisissant le lion pour emblème, auraient voulu l'opposer à l'aigle, symbole de la faction gibeline. Cette explication ne saurait être acceptée; car le sénateur Brancaleone, dont le nom figure sur la monnaie romaine à côté de l'image du lion, était gibelin; il resta fidèle à Frédérie II, même après son excommunication.
Quant à la personnification de Rome, elle est une preuve manifeste de l'orgueil légitime du peuple romain. C'est une conception, née sous l'influence des souvenirs antiques, si profondément gravés dans l'esprit des Romains, qu'aucune révolution n'a pu les effacer. Pour eux, Rome n'a jamais cessé d'être la capitale du monde. « Roma caput mundi regit orbis frena rotundi. » disait-on au treizième siècle : « Rome, tête du monde, tient les rênes de l'univers. » C'était encore à cette époque la ville par excellence, urbs; et si le pouvoir de ses magistrats s'arrêtait à ses murs, au moins son évêque étendait-il son autorité sur tout le monde chrétien. « Roma caput mundi quidquid non possidet armis religione tenet. » « Tout ce que Rome n'a pas subjugué par les armes, elle l'a conquis par la religion. »
Rome attire toujours à elle les savants et les artistes ; c'est sur cette terre si riche en grands souvenirs qu'ils se rencontrent unis dans un même sentiment d'admiration pour les chefs-d'œuvre que l'antiquité y a laissés.
Maurice Prou.
Donnez votre avis se ces monnaies et sur ces textes !
Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
 
Security Image
Saisissez le code que vous voyez.
Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |