Accueil arrow Monnaies gauloises arrow Les potins Gaulois
28-03-2017
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique


Les potins Gaulois

Exemple d'avers de potin gauloisLes potins Gaulois sont des monnaies de bronze coulées (et non frappées). Les potins ne font pas partie des plus anciennes monnaies Gauloises. En effet, les Gaulois, recrutés comme mercenaires par les différentes puissances du monde antique, ont introduit la monnaie dans le monde celtique après leur contact avec la civilisation grecques. Les plus anciennes monnaies gauloises apparaîssent au IIIème siècle avant JC. Il s'agit de monnaies d'or imitées de celles de Philippe de Macédoine. Les Gaulois (ou Celtes comme ils se nommaient eux-mêmes), ont alors fabriqués leurs premières monnaies en imitant leur modèle Grec. Au IIème siècle avant JC, chaque peuple a individualisé ses monnaies. Les premières monnaies Gauloises étaient frappées, mais sont apparues des monnaies de circulation courante coulées : les potins. Ces deux types de monnaies Gauloises, frappées et coulées, on circulé parallèlement. L'archéologie permet d'en savoir plus sur l'utilisation de ces monnaies. Par exemple, les fouilles du sanctuaire d'Alonnes (Sarthe) a donné de précieux renseignements sur la circulation des monnaies à partir des offrandes déposées par les fidèles (on parle de monnaies « votives », c'est-à-dire déposées pour faire un voeu auprès de la divinité concernée).

Malgré les progrès de l'archéologie, de nombreuses incertitudes demeurent sur les monnaies Gauloise de potin. Des études telles que celles de Richard Boudet (« Les Potins gaulois : typologie, diffusion, chronologie : état de la question à partir de plusieurs contributions. 4.6, La répartition des potins, quel apport ? 6, Les Potins du centre-ouest et du sud-ouest de la Gaule : état de la question »
Référence de la revue : Gallia, 52 : 129-135 : fig. 61-64, 1995) ont tenté de préciser l'aire de fabrication et d'utilsation des Potins, ici, dans le cas des Potins du centre-ouest et du sud-ouest de la Gaule.

Quoi qu'il en soit, l'influence Romaine s'est fait sentir peu à peu sur le style des monnaies Gauloises, qui n'ont plus été seulement dérivées de leur modèle initial Grec.
Exemple de potin sur lequel les marques de découpe sont clairement visibles Le métal utilisé pour la fabrication des Potins était composé d'étain, de cuivre et de plomb. Les monnaies de Potin étaient fabriquées par chapelet dans des moules où était coulé le métal en fusion, ce qui leur donne souvent un aspect médiocre par comparaison avec les monnaies frappées dont le relief est beaucoup plus net. Les monnaies coulées étaient séparées les unes des autres par une cisaile, ce qui explique la présence fréquente de bavures de part et d'autres des potins, qui, souvent, ne sont pas rarement parfaitement circulaires. Ces monnaies étaient de faible valeur et destinées à la circulation courante; leur rareté est bien moins forte que celle des monnaies d'argent et a fortiori des monnaies d'or. C'est pourquoi les potins sont aujourd'hui relativement accessible (à partir de 15 euros) et peuvent constituer un bon thème de collection pour un débutant.
Le Mot Potin désignait à l'origine les monnaies gauloises ou celtiques coulées, mais il s'est progressivement étendu à toutes les monnaies antiques coulées (comme par exemple les Potins fabriqués sous l'Empire romain dans l'atelier d'Alexandrie en Egypte).
En ce qui concerne les principales zones d'émission de Potins Gaulois, il faut citer la zone de naissance des grands fleuves alpins (potins « à la Grosse tête »), ainsi que la Gaule du Nord-Est (potins à la « tête d'Indien »).
Un partie des potins sont dérivés du modèle des bronze de Marseille au taureau; ce type de monnaie se retrouve sur une aire géographique très vaste, jusque dans l'île de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle) par exemple sur les monnaies du peuple des Cantii.
Les potins représentent fréquemment des sangliers, notamment sur les monnaies des peuples de la moyenne et basse vallée de la Seine.
Pour finir on peut dire que les potins sont restés en usage en Gaule longtemps après la conquête romaine. Il a fallu longtemps avant que le monnayage romain ne soit suffisamment abondant pour se subtituer complètement aux monnaies Gauloises en général et aux potins en particulier.

Quelques exemples de potins émis par divers peuples Gaulois

Exemple de Potin des Nerviens

GAULE BELGIQUE, Nervii, AE potin, Type au rameau. Classe IV. Droit : Rameau. Revers : Cheval à droite, entouré d'annelets et de globules. Ref.: Scheers, Traité, 683; Allen, BMC, S551-S556; Scheers, Dan., 346; DT, 629; Scheers, Lyon, 1042-1044. 4,50g. Photo J. Elsen et ses Fils. Estimation : 85 euros
Exemple de Potin Senon
GAULE CELTIQUE, Senones, AE potin, Droit : Tête à droite, la chevelure disposée en six grosses mèches. Revers : Cheval à gauche. Au-dessus, devant et en dessous, un globule. Ref.: Allen, BMC, 389-397; Scheers, Seine Mar., 376-381; L.T., 7417; Scheers, Lyon, 746-753. 5,67g. Estimation : 60 euros
Exemple de potin des Leuques
GAULE BELGIQUE, Leuci, AE potin, 1er s. av. J.-C. Classe II. Droit : Tête à gauche. Revers : Sanglier-enseigne à gauche. En dessous, [..]. Ref.: Scheers, Traité, 670; Allen, BMC, 426-432; L.T., 9044; Castelin, 595; Scheers, Lyon, 1117-1118. 3,63g. Estimation : 60 euros.
Exemple de potin des Leuques
GAULE BELGIQUE, Leuci, AE potin, 1er s. av. J.-C. Classe Ie. Droit : Tête diad. à gauche, la chevelure disposée en trois larges mèches. Revers : Sanglier-enseigne à gauche. En dessous, [..]. Ref.: Scheers, Traité, 662; Allen, BMC, 410-411; Scheers, Lyon, 1092; DT, 226. 5,06g. Rare. Estimation 100 euros.

Exemple de Potin Egyptien

Exemple de potin fabriqué à Alexandrie sous l'Empire Romain

EGYPTE ROMAINE, Alexandrie. Maximien. 285-305 après JC. Tétradrachme de Potin(7.52 grammes). Daté de l'an 7 (291/2 après JC). Buste lauré, drapé et cuirassé tourné à droite. R/ Hercule debout de face, la tête à gauche, avec sa massue, une Victoire, et la peau du Lion de Némée. Référence : Köln 3317; cf. Dattari 5913; Milne 5024; Emmett 4130 (r2). Photo CNG

 

Plus d'infos sur les monnaies Gauloises :


Les images des Gaulois sur les monnaies romaines

Le style des monnaies gauloises

Les précurseurs de la numismatique gauloise au XIXème siècle

Le célèbre statère en or de Vercingétorix

Compte-rendu de l'Atlas des monnaies Gauloises par S. Reinach

Donnez votre avis se ces monnaies et sur ces textes !
Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
Admin - Ancienneté des Potins   2008-02-22 17:25:11
L'ancienneté de la fabrication des Potins fait débat : sont-ils antérieurs aux bronze gaulois frappés ? Voici la remarque de Duke à ce sujet :
"Que les statères soient antérieurs (ou contemporains) aux potins, soit, mais il faudra des arguments plus que solide pour affirmer que les les potins sont postérieurs aux bronzes frappés.

=> Avec les monnaies d'or, les potins sont biens les monnaies de la gaule belgique les plus anciennes. "

Si quelqu'un possède des indications précises (ouvrages ou études archéologiques)sur ce sujet peut-il les communiquer ci-dessous ?
Sacramon - Coulés ou frappés ?   2011-12-25 15:43:38
Deuxième remarque intéressante au sujet des potins :
Attention à bien clarifier ton article.

Il y a potin et potins.
1°) le métal cuivre + étain + plomb + traces diverses qui permettait d'abaisser le point de fusion mais durcissait l'alliage au point de ne plus permettre une bonne frappe.
2°) les monnaies coulées (non frappées).

Certains "potins" coulés-frappés sont sujets à discussion. Comme ces deux monnaies :
Posted image
Posted image

Ta monnaie :
Posted image
est (peut être) en "potin" (à vérifier), mais pour moi c'est une monnaie frappée, plus communément appelé "bronze".

Quand aux estimations, tu peux les diviser par 10.

Très intéressantes remarques. Voilà ce que je peux dire :
En ce qui concerne l'antériorité des potins coulés sur les potins frappés, je reconnais que je ne sais pas. Si quelqu'un a des infos là dessus (études numismatiques, hypothèses émises par des chercheurs), ce serait bien qu'il les donne...
Au sujet des potins coulés-frappés, même remarque j'ignorais ces nuances, je vais rectifier mon article dès que possible.
Au sujet du potin d'Alexandrie, c'est l'appellation donnée par les grandes maisons de ventes aux enchères habituellement, pas par moi... Il est tout à fait possible qu'elles soient appelées ainsi en raison du métal utilisé. Cependant leur style de fabrication (frappe molle, porosité et faible valeur les rapproche de très près des potins gaulois).
Au sujet du prix, même chose : il semble élevé mais pourtant cette monnaie a été vendue pour 175 $ lors de la vente CNG 64 (en 2003), ça fait réfléchir mais c'est un fait... Personnellement j'estime ce type de monnaie à une vingtaine d'euros.
Sacramon - Potins romains   2008-02-22 18:24:35
J'ai quelques infos supplémentaires sur les potins romains.
Voilà ce que dit Babelon dans le "Traité des Monnaies Romaines", tome 1, col 954 :
"A partir de Septime Sévère, dans la série romaine on peut dire que la plupart des pièces de bas billon sont coulées. Il semble comme le dit Mommsen, qu'au IIIème siècle, par économie, l"usage de couler les monnaies de billon fut adoté dans une partie des ateliers provinciaux (note 2 : Mommsen-Blacas, Monnaies romaines, tome III, pp. 14-15). Cette déplorable coutume persista d'une manière plus ou moins général jusqu'à la restauration de la monnaie d'argent par Dioclétien. Le champ des pièces produites par ce procédé est granulé, presque poreux, les types et les légendes sont empâtés, les bords portent des traces de bavures".

Ce texte est ancien et devrait faire réagir pas mal de monde. Je n'ai pas vérifié personnellement ce que dit Mommsen car Babelon s'en est chargé lui même à la même page :
"A partir de l'époque de Septime Sévère, dit Mommsen, nous voyons les lois interdire sévèrement les contrefaçons coulées de ces pièces de billon. Il n'est guère possible de constater la part que l'Etat et celle des particuliers ont prise à la fabrication des monnaies coulées... etc"

Ensuite, Babelon évoque les nombreuses découvertes de moules de monnaies romaines coulées (qui datent du IIIème siècle).
Bon, je ne peux pas plus m'étendre sur le sujet des monnaies romaines coulées car il y en a une tartine... Mais je vais faire une page sur ce sujet dès que possible sur mon site http://www.sacra-moneta.com
Juste pour finir sur les potins romains d'Alexandrie, voilà ce que dit Babelon :
"Il est vraisemblable qu'outre son abondant monnayage grec de billon, l'atelier d'Alexandrie frappa, avant Dioclétien, des monnaies de coin romain au nom des empereurs qui visitèrent l'Egypte [...]"
Posted image
Francis Bourcher - Potin au masque et taureau cor     2011-12-25 09:03:50
Posted image

16mm. - 2,31gr.

C'est le premier que je trouve et c'est le plus rare...chance !

Francis
Vincent - Monnaie = puissance économique   2011-12-25 09:06:10
La monnaie en métal est née au VII av. JC chez les Grecs qui on le sait était une puissance économique dominante et aussi créateur en sciences. Et que 200 ans plus tard, la Phénicie (V av. JC), la Gaule (IV av. JC), les Etrusques (IV av. JC) et Rome (III av JC) frappent la monnaie à leur tour pour leur besoin propre. Aucun autre pays dans le monde ne frappèrent la monnaie métallique. J'ai du oublié un pays, mais ce qui m'intéresse le plus dans ce discours, c'est la Gaule qui est en peloton de tête. S'ils font la monnaie, c'est que leur puissance économique est puissante et réactive. Réactive, on le sait , par leurs inventions, les Gaulois ont inventé la charrue, le savon, la barrique, des inventions stratégiques pour le rendement donc pour l'économie et l'espérance de vie.

Autre chose étonnante, c'est le respect des Gaulois, la Reconnaissance envers Alexandre le Grand, en frappant la monnaie pendant 5 générations à son effigie ! Hors la Gaule n'était pas soumise à Alexandre, comme si les Gaulois étaient cousins ou frères d'Alexandre. Il est possible qu'Alexandre soit considéré comme un Gaulois lointain.

Enfin, quand Rome annexe la Gaule au prix de plusieurs années d'une longue guerre, il est étrange qu'aucun reste ne subsiste de cette puissante économie Gauloise, pourtant parmi les plus en avance autour de la méditerranée. Parfois on retrouve des restes cachés, comme la dame d'Elche (Gaulois d'Espagne) qui montre la magnificence de la civilisation Gauloise. Un pied d'une haute statue fût retrouvé, datant de la Gaule... Tout fût réduit en poussière pour construire le ciment, tout fût fondu pour faire de nouvelles idoles. Reste à expliquer, pourquoi César se plaisait à exterminer les peuples (1/3 des Gaulois et Gauloises), 1 millions de juifs de Massada) et d'autres peuples, la mémoire (destructions jusqu'aux fondations même).
Lolly Q   2014-01-14 21:21:02
La monnaie est née au royaume de Lydie, en Asie Mineure. Le roi de ce royaume se nommaient crésus et l'electrum, mélange naturel d'or et d'argent qui servait à frapper les premières monnaies, se trouvaient sous forme de pépites dans la rivière Pactole.
Lolly Q   2014-01-14 21:35:27
Et non, Alexandre n'était pas considéré comme un Gaulois lointain! Les premières monnaies auxquelles ont eu affaire les Celtes (les Gaulois sont un peuple celte), ce sont des mercenaires, engagés par des Grecs, des Macédoniens et autres peuples soumis aux différents rois Diadoques, pour leur qualités de combattants, qui les ont ramenées chez eux, entre deux campagnes. Ils ont simplement imité les numéraires qui se trouvaient sur les pièces de leur paye. Le retour des ces hommes de la guerre, suivit un développement technologique et démographique important ont conduit au développement économique de la Gaule. Plusieurs pouvoirs émetteurs (cité et oppidum) ont commencé à frapper leur propre monnaie, développant des numéraires spécifiquement gaulois. Les monnaies gauloises cessent de circuler au milieu du premier siècle de notre ère, sous l'impulsion de réformes monétaires qui eurent pour but de rapatrier les anciennes monnaies pour les refondre et en produire de nouvelles, dans le but d'uniformiser les monnaies en circulation dans l'empire. Auguste, Néron, Trajan sont des exemples (parmi d'autres) d'empereur ayant effectué ce type de réformes. En tout et pour tout, les monnaies à proprement parlé gauloises - et non des monnaies grecques ou romaines - ont circulé pendant 400 ans. Pas plus. Pour développer le sujet, je vous conseille en lecture le très bon ouvrage de Katherine Gruel, La monnaies chez les Gaulois.
Amenophis - potain au chaval galopant et à   2011-12-25 08:58:09
Toutes ces remarque sont très intéressantes.
La chronologie risque d'être difficile à établir.
Parce que coulés puis frappés puis re coulés est possible aussi.

Par contre il semble que l'absence d'influence romaine sur certain les place chronologiquement avant la conquête romaine.
Ecrire un commentaire
Nom:
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
 
Security Image
Saisissez le code que vous voyez.
Dernière mise à jour : ( 16-04-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |