Accueil arrow Monnaies françaises arrow Les progrès techniques dans la fabrication des monnaies au XVIème s.
16-08-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Les progrès techniques dans la fabrication des monnaies au XVIème s.
Sous les règnes de François Ier et d'Henri II des réformes monétaires ont modifié les techniques de fabrication des monnaies. C'est sous le règne de François Ier qu'apparurent les premières machines appliquées à la fabrication des monnaies : le coupoir, sorte de petite presse à main munie d'un balancier à contre-poids; le laminoir ou moulin destiné à donner aux lames métalliques une épaisseur uniforme; enfin le banc à tirer ou engin tireur. François Ier appela à Paris l'artiste italien Matteo dal Nassaro auquel il fit construire le moulin dit de "la Gourdayne", sur un bateau amarré au pied du quai de l'horloge. Mais de plus rapides progrès dans l'outillage s'étaient, dans le même temps, manifesté en Allemagne, notamment à Nuremberg et à Augsbourg. Henri II, dans le but de profiter des inventions nouvelles, envoya en Allemagne Guillaume de Marillac et le mécanicien Aubin Olivier qui rapportèrent des modèles. Des lettres patentes du 27 mars 1550 et des édits de 1554 ordonnèrent en conséquence la construction sur l'emplacement actuel de la place Dauphine, au lieu dit le "Jardin des Etuves", d'un atelier qui fut appelé la "Monnaie au moulin du Louvre". Aubin Olivier en fut le directeur, et Marc Béchot fut nommé tailleur général et graveur des figures des monnaies de France. Aubin Olivier compléta cet outillage mécanique par l'invention de la virole brisée qui permit de canneler la tranche des pièces ou d'y graver des lettres : cette découverte, perfectionnée depuis lors, a pour but d'empêcher de rogner les pièces en circulation, abus qui se produisait constamment au Moyen Age.
 

C'est ainsi qu'au XVIème siècle les procédés techniques pour la fabrication des monnaies, que le Moyen Age tenait de l'Antiquité, furent radicalement modifiés. D'autres progrès décisifs furent introduits dans l'outillage par Nicolas Briot et par Jean Warin au commencement du XVIIème siècle. Au XIXème siècle un pas très important fut encore franchi grace à l'utilisation de la force mécanique de la vapeur et toute une série d'innovations mécaniques.


Autres pages sur la fabrication des monnaies


Le progrès des techniques de fabrication des monnaies au XVIème siècle
La technique de fabrication des monnaies chez les Grecs dans l'antiquité
La fabrication des monnaies des Carolingiens aux Capétiens
Les métaux utilisés pour la fabrication des monnaies au Moyen Age
La fabrication des monnaies médiévales et royales
La fabrication de monnaies au marteau à Treignes (Belgique - vidéo)

Les monnaies fautées de l'antiquité
Monnaie tréflée

Dernière mise à jour : ( 01-11-2011 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |