Accueil arrow Dictionnaire des monnaies arrow Une monnaie romaine du IIIème siècle : l'Antoninien (antoninianus)
22-05-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Une monnaie romaine du IIIème siècle : l'Antoninien (antoninianus)

L'Antoninien est une monnaie romaine qui a été frappée au IIIème siècle après JC et qui valait deux deniers.

Le double denier est créé en 215 par l'empereur Caracalla. Son patronyme officiel (Marcus Aurelius Antoninus) a inspiré l'appellation actuelle d'antoninien mais le nom porté à l'époque par cette monnaie à l'époque reste incertain.

Antoninien de Caracalla

Antoninien de Caracalla
Monnaie frappée en 213-217 après JC. 4,66 grammes.

« L'argenteus antoninianus », ou par abréviation, antoninianus (en français "Antoninien"), n'a jamais été désigné sous le nom de denarius; la marque qui se trouve parfois à l'exergue du revers est une étoile, et non, comme on l'a cru souvent, le signe du denier. D'ailleurs, après qu'on eut commencé la fabrication des antoniniens, on ne cessa point pour cela l'émission du véritable denier; les deux pièces restèrent simultanément en circulation, mais bien distinctes l'une de l'autre, et certains empereurs, comme Sévère Alexandre et Maximin, ne firent frapper que des deniers, tandis que d'autres, comme Gordien le Pieux, émirent surtout des antoniniens. Rapidement, l'antoninien fut déprécié dans son aloi, aussi bien que le denier; passant graduellement de l'argent au billon, puis au cuivre saucé, il en arriva à contenir à peine ½ pour 100 d'argent. Aurelien essaya de le restaurer, et ses pièces, sont un peu moins altérées.

Exemple d'Antoninien de Gallien

Exemple d'antoninien de Gallien (253-268 après JC). (2.92 grammes). Frappé à Rome, 6ème émission, vers 260/1-262. A/ Buste radié et cuirassé tourné à droite. R/ Trois victoires debout de face, la tête à gauche, chacune tenant une couronne et une palme. RIC V 294; MIR 36, 368o; RSC 1034. Cet exemplaire d'antoninien est très rare, c'est un parfait contre exemple car d'énormes quantités de monnaies de ce type ont été émises au cours de la deuxième moitié du IIIème siècle. Photo CNG



Dévalutation des antoniniens

Dévaluation des antoniniens
Les quatre antoniniens présentés ci-dessous, de Gordien III, Philippe II, Gallien et Tétricus le Jeune ont une teneur en argent pur de plus en plus faible. Vers 270 après JC, l'Antoninien est pratiquement devenu une monnaie de bronze.

On dut alors placer dans le champ de ces espèces de meilleur aloi, des marques spéciales pour préciser leur valeur. Ces marques furent, dans les ateliers orientaux, KA ( = 21) et dans les ateliers de l'Occident XXI, qui indiquent que cet antoninianus nouveau était l'équivalent de 21 as. Il y eut une petite divergence dans l'atelier de Trèves qui marqua ses antoniniani du chiffre XX (20 as).
Mais cette restauration monétaire n'eut pas de lendemain; après Aurelien, l'antoninianus, comme le denier, reprit sa marche décroissante au point de vue de l'aloi, si bien que les antoniniani de Probus ne sont plus en réalité que des petits bronzes. La réforme de Dioclétien fit enfin disparaître l'antoninianus, en reprenant le projet d'Aurelien et en rétablissant le nom d'argenteus, le denier d'argent de Néron.

A l'origine l'antoninien avait une valeur de 2 deniers et ressemblait au denier, mais il avait un diamètre plus large et l'empereur y portait comme signe distinctif une couronne radiée (dans le cas des portraits d'impératrices ou d'autres femmes de la dynastie impériale, il s'agit d'un croissant de lune placé sous le portrait).

Cependant, même à sa création, un antoninien, qui avait un cours forcé de 2 deniers, ne contenait que l'équivalent en argent d'un denier et demi. La monnaie fut créée par Caracalla pour satisfaire aux besoins financiers de l'Empire et notamment le paiement de la solde des troupes. Mais cette manipulation monétaire ne fut qu'un expédient provisoire qui accéléra l'inflation et ne fit que précipiter davantage la crise monétaire dans laquelle se trouvait déjà l'Empire à cette époque. Après Caracalla, l'aloi des antoniniens n'a cessé de diminuer, pour aboutir à des pièce saucées composées exclusivement de bronze. D'énormes quantités d'antoniniens ont été frappées jusqu'à la réforme monétaire de Dioclétien. On assiste dans le courant du IIIème siècle à la dégradation progressive, puis de plus en plus prononcée de ce type monétaire. A partir du règne de Gallien, la qualité des émissions d'antoniniens est extrêmement dégradée. Les nombreux ateliers clandestins ont certainement contribué à ce phénomène d'hyperinflation, qui est en même temps un symptôme et une cause de la la crise qui a failli être mortelle pour l'empire romain.
 

Aujourd'hui les antoniniens sont, sauf exception, des monnaies très communes et généralement peu onéreuses


Les numismates modernes utilisent aujourd'hui le nom « antoninien » mais on ne sait pas comment cette monnaie était désignée pendant l'antiquité. Ce nom lui a été donné dans l'Histoire Auguste (source à laquelle on ne peut pas accorder une grande confiance car oeuvre d'un faussaire). L'Histoire Auguste cite des antoniniens à de nombreuses reprises; il est vrai que de nombreux empereurs portent ce nom au cours du IIIème siècle (en plus de leurs autres noms). Comme la monnaie de Caracalla était nouvelle, on lui a associé ce nom, et même si cette association est incorrecte, c'est ce nom qui est resté.


Autres pièces de monnaie romaines :


Le denier

Le quinaire

Le victoriat

Le sesterce

L'aureus

La silique

Dernière mise à jour : ( 20-03-2012 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |