14-08-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Denier


Vie et mort d'une célèbre monnaie romaine : le denier

Le denier est une des monnaies romaines les plus célèbres avec le et l'as. A l'origine, il s'agit d'une monnaie d'argent de la République Romaine, qui a survécu sous l'Empire romain jusqu'au IIIème siècle après JC. Le denier a aussi connu des prolongements pendant le Moyen Age, au cours duquel il a longtemps été l'unité monétaire.
 
Exemples de deniers romains. Le denier est une des pièces de monnaie romaine les plus célèbres

Nous n'évoquerons ici que le denier romain et son histoire dans l'antiquité, en traitant notamment les questions suivantes : quand, comment et pourquoi le denier a-t-il été créé ? Quelle fut sa place dans le système monétaire romain sous la République, puis sous l'Empire ? Pourquoi le denier a-t-il disparu au IIIème siècle de notre ère ?


La naissance du denier

Le denier n'est pas la première monnaie d'argent frappée à Rome. Tous les numismates s'accordent à dire que la frappe de monnaies d'argent a commencé à Rome en 269 avant JC, probablement sous l'effet d'une loi, la « lex Ogulnia », citée par l'encyclopédiste Pline l'Ancien dans son « Histoire natuelle » (Pline, XXXIII, 42-44). Précisons que cette première monnaie d'argent romaine est copiée sur le monnayage Grec de l'époque, car le poids de ces pièces, qui pèsent environ 10 scrupules (unité de poids romaine correspondant à 1,136 grammes), est équivalent à celui d'un didrachme. Ceci s'explique aisément : Rome est arrivée tardivement sur la « scène monétaire » de la Méditerrané antique; la monnaie a été inventée par les Grecs au VIIème siècle avant JC, et ceux-ci ont développé des systèmes monétaires très sophistiqués à l'époque où Rome n'était encore qu'un modeste village d'agriculteurs. Aux origines, Rome a donc copié les systèmes monétaires en place, notamment ceux des cités d'Italie du Sud et de Sicile, ou « Grande Grèce ».
La première monnaie romaine d'argent est un didrachme comparable à cette monnaie frappée à Rome entre 241-235 avant JC
 
1. La première monnaie romaine d'argent est un didrachme comparable à cette monnaie frappée à Rome entre 241-235 avant JC (6.71 gramme - Crawford 25/1. Photo CNG). Le denier n'est apparu qu'un demi-siècle après la création du didrachme romain, qui a été créé selon les normes des monnaies grecques de l'époque.

Le denier a été créé après 211 avant JC, un peu plus de cinquante ans après la naissance de la première monnaie romaine d'argent. A ce moment, les Romains intègrent les monnaies d'argent dans leur système monétaire déjà en place. La date exacte de la naissance du denier a longtemps fait débat. Théodore Mommsen, dans son « Histoire de la Monnaie Romaine », suivant les indications de Pline, plaçait la naissance du denier en 269 avant JC. L'étude d'un trésor monétaire enfoui à Morgantina avant la destruction de la ville en 211 avant JC a prouvé que les premiers deniers datent des années de la deuxième guerre punique (guerre entre Rome et Carthage, en Afrique du Nord).
 
Le premier denier romain
2. Le premier denier romain. Emission à Rome, 211-208 avant JC (4,15 grammes). A/ Tête de Rome personnifiée et casquée tournée à droite; derrière un dix indique la valeur de la pièce (10 as) R/ Les Dioscures chevauchant. ROMA en exergue. ( Crawford 44/5 – Photo CNG). Le denier est intégré dans le système monétaire de bronze romain déjà en place, pendant la deuxième guerre punique. Les difficultés financière de Rome conduisent assez rapidement à une dévaluation.

Les causes de la naissance de cette nouvelle monnaie sont évidemment liées à l'expansion territoriale de Rome, qui, à cette époque, impose méthodiquement sa domination sur l'Italie et à toute la Méditerranée Occidentale. Rome, notamment grâce à ses succès militaires sur les riches cités grecques d'Italie du Sud et de Sicile, voit alors affluer l'argent dans ses caisses. Elle passe alors naturellement d'un système monétaire monométallique fondé sur le monnayage exclusif du bronze à un système bimétallique comprenant des monnaies de bronze et d'argent.


Evolutions du poids et de l'aloi des deniers depuis les origines

A l'origine le denier pesait 4 scrupules, c'est-à-dire 4,5 grammes. Il était taillé à 72 à la livre (la livre romaine pesant 327,168 grammes). Le denier fut rapidement dévalué : aux alentours de 200 avant JC, il fut taillé à 84 deniers par livre, ce qui correspond à un poids d'environ 3,9 grammes. Le denier connaît alors une remarquable stabilité jusqu'à la période de Néron (54-68 après JC); sous son règne, le denier est à nouveau dévalué : il est désormais taillé à 96 deniers par livre, ce qui donne un poids de 3,4 grammes.
 
Denier de Néron frappé à Rome vers 66-67 après JC
4. Denier de Néron frappé à Rome vers 66-67 après JC. 3,28 grammes. (Photo CNG) A/ Tête laurée tournée à droite. R/ Jupiter assis à gauche, tenant un sceptre dans la main gauche et un foudre dans la main droite. Sous le règne de Néron, le denier a été dévalué : il a été frappé à 96 par livre romaine au lieu de 84 jusque là. Cette réforme marque le début d'une dépréciation continue qui s'achèvera deux siècle plus tard par la disparition du denier.

Par la suite, le denier a été progressivement abaissé jusqu'à atteindre 3 grammes dans le courant du IIIème siècle, au plus fort de la sévère crise polique et monétaire qui secoue l'Empire à cette époque, avant d'être définitivement supplanté par une nouvelle monnaie baptisée « Antoninien ».
 
Si l'on évoque à présent la quantité de métal fin contenu dans les deniers, et qui constitue l'aloi ou le titre des monnaies, on peut dire que le denier des origines contient un titre d'environ 950 pour mille d'argent fin et d'environ 900 pour mille sous l'Empire, ce qui en faisait une monnaie d'une excellente qualité; cette qualité a certainement contribué au succès et à la longévité de ces pièces. Cependant, le titre des monnaies d'argent a connu de sérieuses altérations à certaines époques, notamment pendant la deuxième guerre punique (cf. Zonaras, VII, 26, 14 et Crawford, 569-570), puis à l'époque des guerres civiles, vers 91-86 avant JC. L'Etat a utilisé ces manipulations du poids de métal fin pour remplir les caisses du Trésor ou payer des dettes. Pline, XXXIII, 45, parle du « lucrum », c'est-à-dire du profit fait par l'état lors de ces occasions. Les particuliers et usagers des monnaies en général et des deniers en particulier se défendaient des deniers de mauvais aloi qui circulaient sur le marché monnétaire en contrôlant les pièces par la pesée; les monnaies vérifiées étaient parfois marquées par les banquiers et changeurs. Certains deniers de la République sont parvenus jusqu'à nous avec ces marques de changeurs.

Passé le règne de Néron, le titre des deniers commence à diminuer et connaît une baisse progressive au deuxième siècle; sous l'Empereur Marc Aurèle, par exemple les deniers ne présentent plus qu'un titre de 700 pour 1000. Sous Septime Sévère, certains deniers contiennent autant d'argent que de cuivre; dans le courant du IIIème siècle l'argent finit par disparaître complètement et les anciens deniers de bon aloi sont remplacé par des monnaies saucées, c'est-à-dire recouvertes d'une mince pellicule d'argent ou simplement des pièces au métal légèrement argenté. C'est ainsi que disparaît le denier après cinq siècles d'existence.

Denier de Septime-Sévère
5. Denier de Septime-Sévère (17mm, 2.69 grammes). Frappé à Rome en 195 après JC (photo CNG). A/ Tête laurée tournée à droite R/ Minerve. A la fin du IIème siècle et au début du IIIème siècle, le poids et l'aloi des deniers ne cesse de diminuer, symptôme de la grave crise politique et économique qui frappe l'Empire.


La valeur et la place du denier dans le système monétaire romain

Outre les manipulations du poids et du titre des deniers traitées rapidement ci-dessus, il faut aussi évoquer la valeur relative du denier dans le système monétaire romain. Lors de sa création, le denier vaut l'équivalent de 10 as de bronze; précisons d'ailleurs que c'est la valeur relative aux as de bronze qui est à l'origine du nom « denier », qui signifie « contenant 10 ». Les deniers portent le chiffre X à l'avers, derrière la tête de Rome casquée pour mentionner leur valeur.

Denier de L. Julius, 141 avant JC. 3,79 grammes
 
3. Denier de L. Julius, 141 avant JC. 3,79 grammes. A/ Tête de Rome à droite R/ Les Dioscures chevauchant. (Crawford 224/1. Photo CNG). On peut voir sur ce denier que la marque X qui figurait sur les premiers deniers a été transformée en XVI : la valeur du denier a été réévaluée relativement aux monnaies de bronzes dévaluées.


Valeur relative du denier dans le système monétaire romain après 211 avant JC



 

Denier

 

Dupondius

As

Semis

Triens

Quadrans

Quincunx

Denier

1

4

5

10

20

30

40

24

Sesterce

1/4

1

1 1/4

2 1/2

5

7 1/2

10

6

Dupondius

1/5

1 1/5

1

2

4

6

8

4 4/5

As

1/10

2/5

1/2

1

2

3

4

2 2/5

Semis

1/20

1/5

1/4

1/2

1

1 1/2

2

1 1/5

Triens

1/30

2/15

1/6

1/3

2/3

1

1 1/3

4/5

Quadrans

1/40

1/10

1/8

1/4

1/2

3/4

1

3/5

Quincunx

1/24

1/6

5/24

5/12

5/6

1 1/4

1 2/3

1

 
Vers 141 avant JC, cette équivalence entre l'as et le denier fut modifiée et le denier fut réévalué : 1 denier valait désormais 16 as. Il s'agissait simplement de tenir compte de la dévaluation des monnaies de bronze. On peut observer qu'à partir de cette période les deniers portent le numéro XVI ou son équivalent, le X barré, qui est une superposition des lettres XVI. Vers la fin de la République, le système monétaire connaît des bouleversement majeurs. On doit à Auguste une réforme monétaire qui harmonise le nouveau système monétaire impérial de manière cohérente. On peut observer ce système monétaire est désormais trimétallique (or, argent et bronze).

Statue de l'Empereur Auguste
 
1. Statue de l'Empereur Auguste (photo Andreas Wahra). Auguste a complètement réorganisé le système monétaire romain. Il a conservé le denier, la principale monnaie romaine d'argent et harmonisé la valeur relative entre les monnaies des différents métaux.
 

Valeur relative du denier dans le système monétaire romain sous Auguste (27 avant JC – 14 après JC)

 

 

Aureus

Quinaire d'or

Denier

Quinaire

Sesterce

Dupondius

As

Quadrans

Aureus

1

2

25

50

100

200

400

1600

Quinaire d'or

1/2

1

12 1/2

25

50

100

200

800

Denier

1/25

2/25

1

2

4

8

16

64

Quinaire d'argent

1/50

1/25

1/2

1

2

4

8

32

Sesterce

1/100

1/50

1/4

1/2

1

2

4

16

Dupondius

1/200

1/100

1/8

1/4

1/2

1

2

8

As

1/400

1/200

1/16

1/8

1/4

1/2

1

4

Quadrans

1/1600

1/800

1/64

1/32

1/16

1/8

1/4

1

 
Ce système de valeur relative est demeuré en place dans ses grandes lignes jusqu'au IIIème siècle de notre ère. A cette date, la raréfaction des métaux précieux, en particulier de l'or, mais aussi la naissance d'une nouvelle monnaie dévaluée, « l'Antoninien » créée 215 après JC, provoquent des effets monétaires en chaîne qui aboutissent à la disparation pure et simple de l'emsenble du système monétaire d'Auguste. Après plusieurs réformes, sous les empereurs Gallien, Aurelien Dioclétien et Constantin, le système monétaire romain est bouleversé de fond en comble; le denier, qui a longtemps été la monnaie la plus commune de l'Empire et un des symboles de la puissance romaine, n'existe plus.
Antoninien de Gallien, frappé à Cologne en 257-258
6. Antoninien de Gallien, frappé à Cologne en 257-258. (21mm, 2.94 grammes. Photo CNG). A/ Buste radié et cuirassé tourné à droite R/ Trophée; à la base, deux captifs assis. La création de l'Antoninien ou double denier par Caracalla en 215 a provoqué la mort de l'ancien denier hérité de la République et qui est un des symboles de la puissance Romaine au début de l'Empire.


Conclusion : les civilisations sont mortelles, les monnaies aussi...

Le denier, malgré diverses évolutions, est une monnaie qui a existé pendant cinq siècles consécutifs, ce qui n'est pas si fréquent dans l'histoire monétaire et numismatique mondiale. Elle a été et elle demeure encore aujourd'hui à juste titre auprès des collectionneurs un des signes de la grandeur de la Civilisation Romaine. Son âge d'or correspond à l'âge d'or de l'Empire, c'est-à-dire au premier siècle de notre ère. Mais le denier a suivi les vicissitudes historiques et économiques de l'Empire de Rome, puisque tout comme l'Empire Romain, le denier a fini par dispraître. Les civilisations sont mortelles, les monnaies aussi...

Bibliographie sur le denier

Théodore Mommsen, « Histoire de la monnaie romaine », édition allemande 1860, traduction française par le duc de Blacas, Paris, 1865-1870 et 1875, 4 vol.
Michael H. Crawford, « Roman Republican Coinage », CUP, 1974, 2 vol. [il s'agit de l'ouvrage le plus important sur la naissance du denier]
Claude Nicolet, « Rome et la conquête du monde Méditerranéen », 264-27 av. J.-C., tome I, « Les structures de l'Italie romaine », PUF, 1979


Autres pièces de monnaie romaines :


Le quinaire

Le victoriat

Le sesterce

L'aureus

L'antoninien

La silique

Dernière mise à jour : ( 02-09-2008 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |