Accueil arrow Dictionnaire des monnaies arrow Monnaies byzantines
20-10-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Monnaies byzantines
On désigne par monnaies byzantines les pièces qui ont été frappées dans la partie orientale de l'Empire romain après la disparition de l'Empire d'Occident. L'Empire byzantin est l'héritier direct de l'Empire romain, même si sa culture n'est plus latine mais grecque. Le système monétaire se trouve dans la continuité directe du système monétaire romain. L'Empire byzantin et son monnayage a duré environ 1000 ans, jusqu'au milieu du XVème siècle. Le "Bezant", c'est-à-dire, la monnaie de byzance, était particulièrement réputée en Occident au bas Moyen Age.

Exemple de monnaie byzantine : solidus de Léon VI (886-912 après JC)

 Exemple de monnaie byzantine : solidus de Léon VI (886-912 après JC)
Solidus (Or), 4,04 grammes. Avers/ +mARIA+ Buste de la Vierge de face, priant. Revers / LEOhEhCIStO - bASILEYSROmEOh Buste de face de l'Empereur Léon portant une longue barbe, portant une couronne et la chlamys ornée de joyaux et tenant la croix des patriarches posée sur un globe.
 

Description des monnaies byzantines : deux ouvrages anciens mais encore utiles


On doit à Justin Sabatier, numismate du XIXème siècle, une "Description générale des monnaies byzantines", qui fait suite aux fameux catalogues d'Henry Cohen sur les monnaies romaines. Ces ouvrages son anciens mais toujours utiles au collectionneur qui souhaite s'initier au monnayage byzantin. Il est possible de télécharger gratuitement ces deux ouvrages au format pdf en cliquant sur les liens ci-dessous :


Histoire et explications générales sur les monnaies byzantines

La monnaie byzantine est la monnaie utilisée dans l'Empire romain d'Orient après la chute de l'Empire romains d'Occident. Il existe de nombreux types de monnaies byzantines, dont le solidus et plusieurs variétés de pièces de bronze portant des marques de valeur. Vers la fin de l'Empire byzantin, les monnaies byzantines étaient frappées sous forme de stavrata d'argent et de petites pièces de bronze, alors que l'or n'était plus monnayé.

Iconographie des monnaies byzantines

Les premières monnaies byzantines poursuivent les conventions en valeur sous l'Empire romain : à l'avers se trouve la tête de l'Empereur, qui est désormais présentée de face plutôt que de profil. Au revers des monnaies figure généralement un symbole chrétien comme une croix, ou une Victoire et un ange, ces deux tendant à se confondre avec le temps.

Les monnaies d'or de Justinien II se démarquent de cette iconographie stable en plaçant un buste du Christ à l'avers et un portrait de l'Empereur au revers. Ces innovations ont conduit le calife islamique Abd-el-Malik, qui copiait jusque là le style des monnaies byzantines à remplacer les symboles chrétiens avec leurs équivalents islamiques, pour finalement développer un style islamique spécifique qui ne portait que des lettres sur chaque face des pièces. Cette pratique s'est maintenue jusqu'à l'époque moderne.
 

Solidus de Justinien II : à l'avers le Christ, au revers l'Empereur Justinien II et Tibère

Solidus de Justinien II : à l'avers le Christ, au revers l'Empereur


Le type de Justinien II fut remis en place après la fin de l'iconoclasme, avec des variations qui sont restées en place jusqu'à la fin de l'Empire byzantin.
Au Xème siècle les monnaies appelées "follis anonymes" ont été frappées à la place des pièces qui représentaient auparavant l'empereur. Les follis anonymes portaient le buste de Jésus à l'avers et l'inscription "XRISTUS/bASILEU/bASILE", que l'on peut traduire ainsi : "Christ, Empereur des Empereurs".

Les monnaies byzantines ont peu à peu vu leur poids en or diminuer, jusqu'à ce que les pièces ne contiennent qu'une infime quantité d'or. Les dernières pièces d'or byzantines sont devenues de fines feuilles de métal que l'on pouvait tordre à la main. Cependant les monnaies byzantines ont conservé leur immense prestige jusqu'à la fin de l'Empire byzantin malgré les dévaluations. Les dirigeants de l'Occident médiéval, lorsqu'ils ont créé leurs propres monnaies, ont souvent eu tendance à imiter le modèle byzantin.

Nom des monnaies byzantines

Le début des monnaies byzantines a commencé avec la réforme monétaire d'Anastase en 498 après JC. Cet empereur a réformé le monnayage de l'Empire romain tardif. Ce système était composé de pièces d'or appelées solidus et monnaies de bronze, les nummi. Ces pièces de bronze étaient de très petites pièces, d'un diamètre d'environ 8 à 10 millimètres et d'un poids d'un demi gramme environ représentant 1/276ème de livre romaine. Ces monnaies étaient peu pratiques. Il en fallait de grandes quantités pour les petites transactions.

De nouvelles monnaies de bronze, des multiples du nummus, furent donc introduites, telles que les pièces de 40 nummi (connues aussi sous le nom de follis), mais aussi des pièces de 20 nummi, 10 nummi et 5 nummi (d'autres types furent produits occasionnellement).

L'avers de ces nouvelles monnaies byzantines portait un grand portrait stylisé de l'empereur, alors que le revers présentait la valeur de la pièce mentionnée d'après le système de numérotation grec ( M = 40, K = 20, I = 10, E = 5). Les pièces d'argent furent rarement produites.
 

Exemple de pièce 40 nummi issue de la réforme monétaire d'Anastase

Exemple de 40 nummi issue de la réforme monétaire d'Anastase
Monnaie frappée sous Justin II (565-578 après JC)

L'unique monnaie byzantine en argent frappée régulièrement fut l'Hexagram, fabriquée pour la première fois par Héraclius en 615 et qui fut maintenue jusqu'à la fin du 7ème siècle avec diverses proportions de métal fin. Ces monnaies d'argent pesaient entre 7,5 et 8,5 grammes. Elles furent remplacées par le miliaresion mis en place par Léon III l'Isaurien en 720 après JC. Cette pièce devint l'émission ordinaire entre 830 après JC et la fin du XIème siècle. Après cette époque, elle fut constamment dévaluée et les transactions ordinaires étaient le plus souvent honorées avec les monnaies de bronze.

Le solidus d'or dit aussi "nomisma" est resté la monnaie de référence du commerce international jusqu'au XIème siècle. C'est à cette époque qu'elle a subi plusieurs dévaluations par les empereurs successifs à partir des années 1030 et sous l'empereur Romanos Argyris (1028-1034). Jusqu'à cette date, le degré d'or fin contenu dans les monnaies est resté le même, c'est-à-dire environ 95,5% à 98%.

Le système monétaire byzantin a changé au 7ème siècle quand les pièces de 40 nummi (également connues sous le nom follis), désormais significativement plus petites, sont devenues les uniques monnaies de bronze émises régulièrement. Bien que l'empereur Justinien II (685-695 et 705-711) ait essayé de restaurer le follis à la taille qu'il avaient sous Justinien I, le follis continua lentement à voir sa taille diminuer.

Au début du 9ème siècle, un quart de solidus fut fabriqué parallèlement au solidus de poids normal. Le degré d'or fin contenu dans ces deux monnaies était maintenu. Le nouveau solidus, qui pesait seulement 11/12ème du solidus, fut baptisé tetarteron (un adjectif comparatif grec qui signifie littéralement "quartier") tandis que le solidus de poids complet fut appelé histameron. Le tetarteron fut impopulaire et ne fut refabriqué que sporadiquement au cours du Xème siècle. Le solidus de poids plein était frappé à 72 à la livre romaine, et pesaient environ 4,48 grammes. Il exista aussi des solidi de poids réduit d'une silique fabriqués pour le commerce dans l'Est. Ces solidi de poids réduit portaient une croix à l'avers et au revers et pesaient 4,25 grammes.

Les réformes d'Alexis I

Vers l'époque de l'Empereur Romanos Diogenis (1061-1071), le solidus avait été dévalué d'environ 15% de son poids initial en or. Sous Alexis I Commène (1081-1118) le solidus dévalué fut retiré et une pièce d'or de meilleur aloi (généralement 90 ou 95 % d'or fin) fut établie. Ces monnaies portent le nom d'hyperpyron et pèsent 4,45 grammes.

L'hyperpyron était sensiblement plus petit que le solidus. Il fut introduit en même temps que les pièces d'électrum (composées d'un mélange d'or et d'argent) nommées aspron trachy représentant un tiers d'hyperpyron et contenant environ 25% d'or et 75% d'argent. L'aspron trachy de billon ou stamenon était quand à lui estimé à 48 hyperpyron et contenait environ 7% d'argent, tandis que le tetarteron ou noummion de cuivre valaient respectivement 18 et 36
aspron trachy.

Les réformes d'Andonic II

Pendand le règne d'Andonic II, de nouvelles monnaies basées sur l'hyperpyron furent introduites. Il y avait le miliaresion d'argent ou basilika d'un valeur d'un douzième d'hyperpyron et les politka de billon d'une valeur d'un 96ème d'hyperpyron. Il y avait également l'assaria de cuivre, la tournesia et la follara. Le basilikon étaient une copie du ducat vénitien; cette pièce circula à partir de 1304 pendant 40 ans.

L'hyperpyron resta une émission régulière juqu'en 1350, mais ne perdura après cette date que comme monnaie de compte. Après 1400, le monnayage byzantin devient insignifiant alors que les monnaies italiennes devenaient prédominantes dans la circulation.

Les scyphates (monnaies concaves) sont des pièces connues sous le nom de trachy et furent fabriquées aussi bien en électrum (or dévalué) qu'en billon (argent dévalué). L'exacte raison de l'existence de ces monnaies n'est pas connue, bien qu'une théorie communément admise veut qu'elles fussent fabriquées ainsi pour être entreposées plus facilement.

Exemple d'aspron trachy (monnaie concave)

Exemple d'aspron trachy (monnaie concave)
Monnaie d'Issac II Ange (1185-1195 après JC)

La réforme de 1367

Pendant cette dernière période du monnayage byzantin, les émissions de monnaies d'or furent discontinues et les frappées régulières de monnaies d'argent furent reprises. Leur nom était le Stavraton et ces monnaies étaient fabriquées en pièces de 1 Stavraton, en demi, en huitième et en seizième Stavraton. Des pièces de cuivre dites follaro et tornesse furent également fabriquées.

Valeur relative des monnaies byzantines


Anastase I (after. 495 C.E)
  Solidi Folles Half folles Decanummia Pentanummia Nummi
Solidus 1 420 840 1680 3360 16,800
Follis 1/420 1 2 4 8 40
Half follis 1/840 ½ 1 2 4 20
Decanummium 1/1680 ¼ ½ 1 2 10
Pentanummium 1/3360 1/8 ¼ ½ 1 5
Nummus 1/16,800 1/40 1/20 1/10 1/5 1


Autres pages sur les monnaies byzantines


Monnaies byzantines en or
Monnaies byzantines (boutique sacra-moneta)
Dernière mise à jour : ( 02-06-2012 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |