Accueil arrow Monnaies grecques arrow La drachme de Rhodes
23-09-2017
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
La drachme de Rhodes

Au temps des conquêtes de la république romaine en Orient, la supériorité maritime et commerciale dans les mers de la Grèce appartenait, sans contestation, à Rhodes, alliée des nouveaux maîtres du monde. Le monnayage de Rhodes prit un énorme développement et eut pendant deux siècles environ la circulation la plus étendue et la plus générale. Les pièces rhodiennes de cet âge sont très communes, elles ont pour type, d'un côté la tête, vue de face et radiée, du Soleil, dieu protecteur de l'île et auteur mythique de ses premiers habitants, de l'autre, le symbole parlant de la rose.


Exemple de drachme de Rhodes

ILES DE CARIE, RHODES, ville de Rhodes, AR didrachme, 250-230 av. J.-C. Droit : Tête radié d'Hélios de face, légèrement tournée vers la droite. Revers : Rose avec bouton. Au-dessus, TIMOΘEOΣ. A gauche, therme à gauche. En bas, P-O. Ref.: SNG Finland 540; BMC 150. 6,78g. Photo Jean Elsen & ses Fils S.A. Estimation : 300 €

Leur poids est taillé sur le pied de la drachme asiatique de 3,250 grammes; la série des multiples et des subdivisions comprend des tétradrachmes de 13 grammes en moyenne, des didrachmes de 6,500 grammes, des drachmes, des dioboles, trihémioboles et oboles. On comprend facilement que la grande circulation des monnaies de Rhodes à l'époque que nous avons indiquée, circulation qui avait commencé déjà antérieurement, ait fait donner alors le nom de drachme rhodienne à 1unité de 3,250 grammes à 3,200 grammes. Festus dit : « Talentum... rhodium et cistophorum quator millium et quingentorum denariorum ». Ici « denarius » désigne certainement le denier le plus ordinaire de la république, égal à la drachme attique. Or, 4,500 drachmes attiques, au taux normal de 4,260 grammes, font un poids de 19,170 kilos, tandis qu'un talent ordinaire, ou de 6,000 drachmes, ayant pour base une unité de 3,200 grammes, se trouve être de 19,200 kilos. Il n'y a qu'un écart de 30 grammes sur plus de 19 kilogrammes. Bien souvent les auteurs anciens, dans leurs comparaisons de talents les uns avec les autres, sont loin de fournir des approximations aussi exactes.

Carte de localisation de Rhodes en Méditerranée Orientale

Une inscription de Cibyra, datant de l'an 49 de l'ère de cette ville (71 ap. J.-C.) et relative à la donation qu'un certain Q. Veratius Philagrus avait faite de 400,000 drachmes rhodiennes pour la fondation d'un gymnase (Corpus des inscriptions grecques, n°4380a, add.), nous apprend en termes formels que cette monnaie circulait encore en Asie Mineure dans le premier siècle de notre ère, et que sa valeur de change, par rapport à la monnaie romaine, était alors de 10 as par drachme. Les Romains, du reste, frappaient encore à ce moment, pour l'usage de la province d'Asie Mineure, des tétradrachmes taillés sur l'unité de 3,250 grammes (les cistophores).

Un siècle et demi auparavant, au temps de la plus grande circulation des monnaies de Rhodes, l'exactitude de leur poids et le titre excellent de leur métal avaient établi en leur faveur un agio considérable. C'est ce qui résulte d'une inscription de Ténos (Corpus des inscriptions grecques, n°2334). L'assemblée des habitants des îles, siégeant à Ténos, y rend un décret pour élever une statue à un Syracusain habitant Délos, parce que, tandis que les banquiers ou trapézites demandaient 105 drachmes de Ténos pour 100 drachmes de Rhodes, il procura la somme sans nul agio et sans demander de prime, économisant ainsi à la caisse commune une dépense considérable. Les monnaies d'argent de Ténos étaient frappées sur le pied des monnaies de Rhodes et pesaient même un peu plus. Les deux tailles le plus abondamment monnayées à Rhodes, au temps de son commerce, étaient la drachme et le didrachme. On les désignait dans le langage vulgaire l'une et l'autre par le nom de drachme rhodienne, en appelant petite drachme la drachme simple et grosse drachme le didrachme. En outre, un métrologue anonyme d'Alexandrie évalue la drachme rhodienne à 5 drachmes de billon alexandrines, c'est-à-dire à 1 denier 1/4, évaluation qui ne peut s'appliquer qu'aux didrachmes pesant 6 grammes 50.

 

Autres exemples de monnaies grecques antiques


Les monnaies à la Tortue d'Egine

La drachme de Milet

Les Poulains de Corinthe

Les Chouettes d'Athènes

Les Alexandres, la monnaie la plus répandue de l'Antiquité

Les Philippes : des statères d'or de Philippe de Macédoine


Donnez votre avis se ces monnaies et sur ces textes !
Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
 
Security Image
Saisissez le code que vous voyez.
Dernière mise à jour : ( 12-09-2008 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |