Accueil arrow Monnaies grecques arrow L'incroyable périple d'une des pièces de monnaie les plus rares de l'Antiquité
17-11-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
L'incroyable périple d'une des pièces de monnaie les plus rares de l'Antiquité
04-03-2018

C'est en décembre 2017 que les responsables du Musée Bode à Berlin ont annoncé le retour dans leurs collections d'une des pièces les plus rares de l'Antiquité.

Il s'agit d'un exceptionnel décadrachme de Syracuse portant la signature du graveur Kimon. La pièce a été rachetée après avoir disparu des collections du Musée pendant plus de 70 ans.

Photo de la pièce d'argent décadradrachme de Syracuse

Photo de la pièce d'argent décadradrachme de Syracuse
Décadrachme en argent de Syracuse signé Kimon (405-400 avant J.-C) Photo © Staatliche Museen Berlin - Antonia Weiße

Vidéo sur l'incroyable périple d'une des pièces de monnaie les plus rares de l'Antiquité

Chaîne Youtube Sacra Moneta [Abonnement gratuit]

Le montant du rachat, financé par la fondation pour l'Art Ernst von Siemens et par le fonds culturel régional, n'a pas été communiqué. À partir de 2018, le décadrachme de Syracuse signé Kimon sera de nouveau présent dans l'exposition permanente du Musée des monnaies de Berlin.

Carte de localisation du Musée Bode à Berlin

Carte de localisation du Musée Bode à Berlin

"Nous sommes ravis qu'au cours de cette année particulièrement riche en événements pour le Musée des Monnaies, nous puissions réintroduire dans les collections l'un de nos objets les plus précieux, le décadrachme de Syracuse signé Kimon", a déclaré Michael Eissenhauer, directeur général du Musée.

"Nous exprimons notre gratitude spéciale au Fonds culturel de la région ainsi qu'à la Fondation Ernst von Siemens. Sans leur soutien, ce rachat spectaculaire n'aurait pas été possible. Bernhard Weisser, directeur du Musée des Monnaies, a ajouté: "Nous sommes ravis que l'un de nos objets les plus importants revienne dans l'île aux Musées, juste à temps pour le 150e anniversaire du Musée des Monnaies."

Le décadrachme de Syracuse a été frappé vers 405 400 avant Jésus Christ. C'est la plus grande pièce d'argent de l'ancienne Sicile. Il a un diamètre de 35 millimètres et un poids de 43,13 grammes.

La pièce n'était pas destinée à un usage quotidien, mais plutôt à des paiements importants, comme par exemple l'achat de bois destiné à la construction navale.

Avers de la pièce d'argent décadrachme de Syracuse

Avers de la pièce d'argent décadrachme de Syracuse

L'avers montre un cocher victorieux avec une longue robe (la xystis) debout dans un char tiré par quatre chevaux, un quadrige, tourné vers la gauche. Dans sa main gauche, l'aurige tient les rênes, et dans sa main droite tendue, un bâton. Du côté gauche, une Victoire vole, couronnant la tête du conducteur. L'exergue montre les armes d'un Hoplite, le prix du vainqueur de la course de chars.

Revers de la pièce d'argent décadrachme de Syracuse

Revers de la pièce d'argent décadrachme de Syracuse

Le revers, qui porte les noms de la monnaie de Syracuse, montre la tête de la nymphe du printemps Arethuse tournée vers la gauche avec un filet dans les cheveux, un collier de perles, des boucles d'oreilles et un bandeau (apyx). La tête est entourée de quatre dauphins qui indiquent le sanctuaire du printemps sur une île rocheuse à l'extérieur de la ville. Comme particularité, le bandeau d'Arethuse inclut le nom du graveur de la pièce, KI (mon).

La pièce a été fabriquée dans la seconde moitié du 5ème siècle avant Jésus Christ, à l'apogée de l'art monétaire de l'Antiquité.

Photo de JJ Winkelman déclarant "L'esprit humain ne peut concevoir quelque chose de plus grand que ces pièces"

Photo de JJ Winkelman déclarant

À cette époque c'était Syracuse et non pas Athènes qui était le centre de l'art de la gravure. Johann Joachim Winckelmann, fondateur de l'archéologie classique et de l'histoire de l'art en tant que méthode scientifique, dont le 300e anniversaire a été célébré en décembre 2017, le résume dès 1759 : "L'esprit humain ne peut concevoir quelque chose de plus grand que ces pièces. Quiconque n'a pas vu les plus belles œuvres de l'antiquité classique ne peut comprendre ce qui est vraiment beau."

Que ce jugement reste vrai aujourd'hui est entièrement justifié. Parmi toutes les pièces de toutes les périodes de l'histoire, le décadrachme se distingue par son haut-relief, la maîtrise exceptionnelle de la gravure, par sa perfection stylistique et son style caractéristique de la Grande époque de l'Art monétaire grec.

Un incroyable périple : de Syracuse à Berlin en passant par New York, la Russie et Moscou...

Après la découverte de la pièce en 1908 près de Syracuse, elle revint avec Tomaso Virzi à Munich, où elle fut vendue aux enchères à la maison d'enchères Jakob Hirsch en 1912. Le conservateur de l'époque Kurt Regling acquit le décadrachme pour le compte du Musée des Monnaies de Berlin et le présenta au public pour la première fois en 1914, avec tous les autres décadrachmes connus du graveur Kimon.

Le 2 mai 1945, l'île des Musées a été occupée par l'armée soviétique et des vols ont eu lieu. En 1946, toute la collection numismatique a été transportée en Union Soviétique, ne revenant à Berlin qu'en 1958. Lors d'un inventaire général de la collection, il a été découvert que le décadrachme était manquant. Le 20 avril 1959, on apprend que la pièce est aux États-Unis. Toutes les tentatives pour le récupérer pendant l'ère de la Guerre Froide ont échoué. Il faut dire que le Musée des Monnaies était situé à Berlin-Est.

70 après sa disparition, le Musée de Berlin parvient enfin à récupérer la pièce...

Les propriétaires de la pièce depuis lors sont restés inconnus. Cependant l'identité et l'endroit où se trouvait l'un de ses propriétaires ont été révélés par un autre vol, lorsque le décadrachme, ainsi que plusieurs autres pièces, a été volé à un collectionneur à Omaha, aux Etats-Unis, le 10 avril 1965. Quand il a refait surface avec d'autres biens volés, en 1976, les héritiers du propriétaire alors décédé l'ont vendu aux enchères à Zurich. Il a été mis aux enchères à nouveau à Zurich en 1997 et était alors, éventuellement avec d'autres propriétaires, en possession d'un collectionneur de pièces basé à New York jusqu'en 2015. Ce collectionneur a mis la pièce aux enchères à Genève cette année-là, mais ensuite il a accepté de la retirer de la vente aux enchères et l'a finalement cédée au Musée des Monnaies de Berlin en 2017. L'achat a pu avoir lieu grâce au soutien du Fonds culturel régional et de la Fondation pour l'Art Ernst von Siemens.

Désormais le public pourra voir cette pièce exceptionnelle à l'histoire mouvementée dans une vitrine spéciale de l'exposition permanente du Musée des Monnaies de Berlin.

Autres pages sur les monnaies grecques

Monnaies grecques [Articles variés sur les monnaies grecques de l'Antiquité]

Réédition du livre Les Monnaies grecques d'Ernest Babelon [Un guide d'initiation aux monnaies grecques antiques]

Quelques monnaies grecques célèbres

Les monnaies grecques antiques : présentation générale

Dernière mise à jour : ( 04-03-2018 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |