22-03-2019
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Jupiter, en grec Zeus
Zeus sur une monnaie grecque de Péonie
Zeus sur une monnaie grecque de Péonie
Cliquez ici pour découvrir les photos des 12 dieux de l'Olympe

Jupiter, disent les poètes, est le père, le roi des dieux et des hommes ; il règne dans l'Olympe, et, d'un signe de tête, ébranle l'univers. Il était le fils de Rhéa et de Saturne qui dévorait ses enfants à mesure qu'ils venaient au monde. Déjà Vesta, sa fille aînée, Cérès, Pluton, Neptune avaient été dévo­rés, lorsque Rhéa, voulant sauver son enfant, se réfugia en Crète, dans l’antre de Dicté, où elle donna le jour, en même temps, à Jupiter et à Junon. Celle-ci fut dévorée par Saturne. Quant au jeune Jupiter, Rhéa le fit nourrir par Adrasté et Ida, deux nymphes de Crète, qu'on appelait les Mélisses, et recommanda son enfance aux Curetés, anciens habitants du pays. Cependant, pour tromper son mari, Rhéa lui fit ava­ler une pierre emmaillotée. Les Mélisses nourrirent Jupiter avec le lait de la chèvre Amalthée et le miel du mont Ida de Crète.

Devenu adolescent, il s'associa la déesse Métis, c'est-à-dire la Prudence. Ce fut par le conseil de Métis qu'il fit prendre à Saturne un breuvage dont l'effet fut de lui faire vomir premièrement la pierre qu'il avait avalée, et ensuite tous les enfants en­gloutis dans son sein.

Avec l'aide de ses frères, Neptune et Pluton, il se proposa d'abord de détrôner son père et de bannir les Titans, celte branche rivale qui faisait obstacle à sa royauté. Il leur déclara donc la guerre ainsi qu'à Saturne. La Terre lui prédit une victoire complète, s'il pouvait délivrer ceux des Titans que son père tenait enfermés dans le Tartare, et les engager à combattre pour lui. 11 l'entreprit, et en vint à bout, après avoir tué Campé, la geôlière, qui avait la garde des Titans dans les Enfers.

C'est alors que les Cyclopes donnèrent à Jupiter le tonnerre, l'éclair et la foudre, à Pluton un casque, et à Neptune un trident. Avec ces armes, les trois frères vainquirent Saturne, le chassèrent du trône et de la société des dieux, après lui avoir fait subir de cruelles tortures. Les Titans qui avaient aidé Sa­turne à combattre furent précipités dans les profon­deurs du Tartare sous la garde des Géants.

Après cette victoire, les trois frères, se voyant maîtres du monde, se le partagèrent entre eux : Jupi­ter eut le ciel, Neptune la mer, et Pluton les Enfers.

Mais à la guerre des Titans succéda la révolte des Géants, enfants du Ciel et de la Terre. D'une taille monstrueuse et d'une force proportionnée, ils avaient les jambes et les pieds en forme de serpent, quelques-uns avaient cent bras et cinquante têtes. Résolus de détrôner Jupiter, ils entassèrent Ossa sur Pélion, et l'Olympe sur Ossa d'où ils essayèrent d'escalader le ciel. Ils lançaient contre les dieux des rochers dont les uns, tombant dans là mer, devenaient des îles, et les autres, retombant à terre, formaient des montagnes.

Jupiter était dans une grande inquiétude, parce qu'un ancien oracle annonçait que les Géants se­raient invincibles, à moins que les dieux n'appelas­sent un mortel a leur secours. Ayant défendu à l'Aurore, à la Lune et au Soleil de découvrir ses desseins, il devança la Terre qui cherchait à secourir ses enfants ; et, par l'avis de Pallas,ou Minerve, il fit venir Hercule qui, de concert, avec les autres dieux, l'aida à exterminer les Géants Encelade, Polybétès, Àleyonée, Porpliyrion, les deux Aloïdes Éphialte et Otus, Eurytus, Clytius, Tityus, Pallas, Hippolytus, Agrius, Thaon et le redoutable Typhon qui, seul, donna plus de peine aux dieux que tous les autres.

Après les avoir défaits. Jupiter les précipita jus­qu'au fond du Tartare, ou, suivant d'autres poètes, il les enterra vivants, les uns dans un pays, les autres dans un autre. Encelade fut enseveli sous le mont Etna. C'est lui dont l'haleine embrasée, dit Virgile, exhale les feux que lance le volcan ; lorsqu'il essaie de se retourner, il fait trembler la Sicile, et une épaisse fumée obscurcit l'atmosphère. Polybétès fut enterré sous l'île de Lango, Otus sous l'île de Candie, et Typhon sous l'île d'Ischia.

Selon Hésiode, Jupiter fut marié sept fois ; il épousa successivement Métis, Thémis, Eurynome, Cérès, Mnemosyne, Latone et Junon, sa sœur, qui fut la dernière de ses femmes.

Il s'éprit aussi d'amour pour un grand nombre de simples mortelles, et des unes et des autres lui na­quirent beaucoup d'enfants qui tous furent mis au rang des dieux et demi-dieux.

Son autorité suprême, reconnue par tous les habi­tants du ciel et de la terre fut cependant plus d'une fois contrariée par Junon, son épouse. Cette déesse osa même une fois ourdir contre lui une cons­piration des dieux. Grâce au concours de Thétis et à l'intervention du terrible géant Briarée, cette conspiration fut promptement étouffée, et l'Olympe rentra dans l'éternelle obéissance.

Parmi les divinités Jupiter tenait toujours le premier rang ; et son culte était le plus solennel et le plus universellement répandu. Ses trois plus fameux oracles étaient ceux de Dodone, de Libye et de Trophonius. Les victimes les plus ordinaires qu'on lui immolait étaient la chèvre, la brebis et le taureau blanc dont on avait eu soin de dorer les cornes. On ne lui sacrifiait point de victimes humaines ; souvent on se contentait de lui offrir de la farine, du sel et de l'encens. L'aigle, qui plane en haut des cieux et fond comme la foudre sur sa proie, était son oiseau favori.

Le jeudi, jour de la semaine, lui était consacré (Jovis dies).

Dans la fable, le nom de Jupiter précède celui de beaucoup d'autres dieux, môme de rois: Jupiter-Ammon en Libye, Jupiter-Sérapis en Egypte, Jupiter-Bélus en Assyrie, Jupiter-Apis, roi d'Argos, Jupiter-Aslérius, roi de Crète, etc.

Le plus ordinairement il est représenté sous la figure d'un homme majestueux, avec de la barbe, une abondante chevelure, et assis sur un trône. De la main droite il tient la foudre figurée de deux ma­nières, ou par un tison flamboyant des deux bouts ou par une machine pointue des deux côtés et armée de deux flèches. De la main gauche il tient une Vic­toire, et à ses pieds se trouve un aigle aux ailes déployées qui enlève Ganymède. La partie supérieure du corps est nue, et la partie inférieure cou­verte.

Mais cette manière de le représenter n'était pas uniforme. L'imagination des artistes modifiait son image ou sa statue, suivant les circonstances et le lieu même où Jupiter était honoré. Les Crétois le représentaient sans oreilles, pour marquer son impartialité ; les Lacédémoniens, au contraire, lui en donnaient quatre, pour démontrer qu'il est en état d'entendre toutes les prières. A côté de Jupiter on voit souvent la Justice, les Grâces et les Heures.

La statue de Jupiter, par Phidias, était d'or et d'ivoire : le dieu paraissait assis sur un trône, ayant sur la tête une couronne d'olivier, tenant de la main gauche une Victoire aussi d'or el d'ivoire, ornée de bandelettes et couronnée. De la droite il tenait un sceptre sur le bout duquel reposait un aigle resplen­dissant de l'éclat de toutes sortes de métaux. Le trône du dieu était incrusté d'or et de pierreries : l'ivoire et l'ébène y faisaient par leur mélange une agréable variété. Aux quatre coins il y avait quatre Victoires qui semblaient se donner la main pour danser, et deux autres aux pieds de Jupiter. A l'endroit le plus élevé du trône, au-dessus de la tête du dieu, on avait placé d'un côté lès Grâces, de l'autre les Heures, les unes et les autres comme filles de Jupiter.


Autres pages sur les dieux grecs et romains



Autres pages sur les dieux de l'Olympe


Nom grec et romain du dieu ou de la déesse Photo du dieu ou de la déesse Monnaie du dieu ou de la déesse Information sur la place du Dieu ou de la Déesse dans la Mythologie grecque et romaine
Aphrodite - Vénus Aphrodite - Vénus Aphrodite sur une monnaie grecque de Cnide Aphrodite dans la mythologie
Apollon - Phébus Apollon - Phébus Apollon sur une monnaie grecque de Carie Apollon dans la mythologie
Arès - Mars Arès - Mars Arès sur une monnaie grecque de Tarse Arès dans la mythologie
Artémis - Diane Athéna - Minerve Artémis sur une monnaie grecque de Magnésie Artémis dans la mythologie
Athéna - Minerve Athéna - Minerve Athéna sur une monnaie grecque d’Akarnania Athéna dans la mythologie
Déméter - Cérès Déméter - Cérès Déméter sur une monnaie grecque de Métaponte Déméter dans la mythologie
Dionysos - Bacchus Dionysos - Bacchus Dionysos sur une monnaie grecque du Pont Dionysos dans la mythologie
Héphaïstos - Vulcain Héphaïstos - Vulcain Héphaïstos sur une monnaie grecque de Lipara Héphaïstos dans la mythologie
Héra - Junon Héra - Junon Héra sur une monnaie grecque d’Argos Héra dans la mythologie
Hermès - Mercure Hermès - Mercure Hermès sur une monnaie grecque de Thrace Hermès dans la mythologie
Poséidon - Neptune Poséidon - Neptune Poséidon sur une monnaie grecque de Syracuse Poséidon dans la mythologie
Zeus - Jupiter Zeus - Jupiter Zeus sur une monnaie grecque de Péonie Zeus dans la mythologie

Dernière mise à jour : ( 11-02-2017 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2019 monnnaies numismatique or et pieces de collection |