Accueil arrow Dictionnaire des monnaies
14-08-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Dictionnaire des monnaies
Albus

ALBUS.—En français blanc, en allemand weisspfennig.

 
Denier

Le denier est la monnaie médiévale par excellence. Le denier médiéval est directement hérité de l'Antiquité romaine, mais il a été très profondément modifié. Le denier sert au moyen age en même temps de monnaie de compte, mais il est aussi une monnaie réelle. Il n'est pas possible de retracer ici toutes les viscissitudes des deniers du moyen age, cela reviendrait à écrire une histoire presque complète de la numismatique médiévale. On peut simplement noter qu'il existe des deniers carolingiens, des deniers capétiens (habituellement désignés comme monnaies royales) et surtout un très grand nombre de deniers féodaux, frappés par des barons et seigneurs laïcs et ecclésiastiques. On peut donner ici un exemple type de denier seigneurial de la fin du XIIIème siècle : il s'agit d'un denier assez rare frappé par Charles Ier d'Anjou en Provence, à Marseille.

Définition de Chéruel (1899) :

Denier. — Ce mot a désigné tout à la fois une monnaie de compte et une monnaie réelle. Le denier valait sous la première race deux francs vingt-trois centimes, sous Pépin deux francs cinquante-deux centimes, et sous Charlemagne, trois francs quarante-neuf centimes. Les deniers frappés du lemps des rois Louis VI et Louis VII, à Paris, à Chartres et a Pontoise, pesaient, en moyenne, vingt grains ou un gramme six centièmes, d'après les pesées faites au cabinet des médailles de la bibliothèque impériale (Cartulaire de Saint-Père de Chartres, § 181). On fabriqua, depuis saint Louis jusqu'à Charles VII, des deniers d'or ou était représenté l'agneau pascal avec la légende Agnus Dei, qui tollis peccata mundi. On les appela moutons à la grande et petite laine ; la valeur de ces deniers varia de douze à vingt-cinq sous. Sons Philippe de Valois, on frappa des deniers d'or à l'écu, ainsi nommés parce que le roi était représenté tenant un écu. On distinguait ainsi souvent les divers deniers par un signe accessoire ; il y avait des deniers à l'agnel, à l'écu, aux fleurs de lis, etc.

Dernière mise à jour : ( 09-11-2007 )
Lire la suite...
 
Coronat, Sol Coronat, Denier Coronat
Les Coronats (Sols et deniers Coronats) sont des monnaies qui ont été frappées par les Comtes de Provence et qui portent une couronne dans le champ. Ces monnaies ont été imitées par Charles le Mauvais.
Lire la suite...
 
Chaise d'or

La Chaise d'or est une monnaie qui a été frappée à partir du règne de Philippe le Bel, et sur laquelle on voit le roi assis sur un trône ( = chaise). La Chaise d'Or est un des types de monnaie médiévale les plus abouties et les plus recherchés. Les Chaises d'or sont très recherchées et donc leur prix est souvent très élevé.

Définition de Chéruel (1899) :

Chaise d'or. — Cette monnaie d'or, qui fut frappée depuis le règne de Philippe le Bel jusqu'à celui de Charles VII inclusivement, tirait son nom de ce que le roi y était représenté séant en son trône le sceptre en main. Au revers était une croix fleurdelisée et cantonnée de couronnes royales. Elle portait, du côté où le roi riait représenté sur son trône, le nom du souverain avec le titre de Francorum rex ; du côté de la croix, se trouvait la légende ordinaire : Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat.

Dernière mise à jour : ( 24-10-2008 )
Lire la suite...
 
Carlin

Carlin - Les Carlins sont des monnaies sur lequelles le prince est figuré assis sur un trône dont les bras sont des lions. Ce type de monnaie a été importé d'Italie par les comtes de Provence. Voici quelques exemples de Carlins :

Dernière mise à jour : ( 23-11-2007 )
Lire la suite...
 
blanc, grand blanc, petit blanc, double blanc, maille blanche, gros blanc

Blanc, grand blanc, petit blanc, double blanc, maille blanche, gros blanc, blanc aux écus, etc. - Au Moyen Age et même au-delà du Moyen Age, diverses monnaies portent le nom de blanc. Ce nom est lié bien sûr à la couleur plus ou moins blanche des monnaies composées d'argent assez pur (par opposition aux monnaies "noires" ou de billon dont la teneur en argent pur est assez faibles). Ces monnaies ont été frappées par divers souverains.

Sous Philippe de Valois, le grand blanc valait 10 deniers et le petit blanc 6 deniers. Charles V, Charles VII, Louis XI ot Louis XII rendirent au grand blanc sa valeur de 12 deniers.

Définition du "blanc" par Chéruel (1899) :

Blanc. — Monnaie d'argent fort répandue en France, surtout depuis le XIVème siècle. On n'est pas d'accord sur l'époque où les blancs commencèrent à paraître. Quelques écrivains les font remonter à Philippe-Auguste ou à saint Louis; d'autres prétendent que les blancs ne datent que de Philippe de Valois. Ce qui est certain, c'est que la distinction entre gros tournois elle blanc a été établie sous ce dernier règne. Il y eut des variations presque continuelles dans la valeur des blancs. Sous Philippe de Valois, on appelait grands blancs des pièces de monnaie qui valaient dix deniers, et petits blancs des pièces de six deniers. Les rois qui mirent de l'ordre dans les finances, comme Charles V, Charles VII, Louis XI et Louis Xll, rendirent au grand blanc son ancienne valeur de douze deniers. Ces monnaies portent l'empreinte tantôt d'un château, tantôt de fleurs de lis.

En voici quelques exemples illustrés :

 

 

Dernière mise à jour : ( 23-11-2007 )
Lire la suite...
 
Bezant, Besan, Besant

Besan ou Bezant : cette appellation dérivée du nom de Byzance (Ex-Constantinople et actuelle Istanbul) a été donnée à diverses monnaies d'or du Moyen Age; ces monnaies ont pour caractéristiques d'avoir été copiées sur des monnaies byzantines ou arabes, sur des monnaies médiévales orientales dans tous les cas.

Définition donnée par Chéruel (1899) :

Besant. — Cette monnaie, dont le nom vient de Byzance, fut usitée en France au moyen âge. Elle s'y introduisit probablement à l'époque des croisades. Joinville dit que la rançon de saint Louis fut de deux cent mille besants, qu'il évalue à environ cinq cent mille livres. Du reste, il est fort difficile d'indiquer la valeur réelle du besant, qui paraît avoir été très-variable. Le Blanc a même conjecturé qu'un appelait besant, au moyen âge, toutes sortes de pièces d'or. Les rois de France étaient dans l'usage de présenter treize besants à l'offrande le jour de leur sacre.

Exemples de Besans ou Bezants :

1. Bezant sarracinatus, type précoce avec des légendes arabes parfaitement lisibles, imitant le dinar du calife Fatimide al-Amir, sans nom d'atelier, mais probablement frappé à Jérusalem. 3.94 g. Estimation : 300 dollars US.

Exemple de Bezant ou Besan

Dernière mise à jour : ( 24-10-2008 )
Lire la suite...
 
Augustale

Augustale : monnaie d'or frappée en Italie par l'Empereur frédéric II, en imitation des anciennes monnaies romaines. Elle portait son buste à l'avers et au revers un aigle. Les Augustales comptent parmi les monnaies plus célèbres du Moyen Age. Ces monnaies sont très recherchées et donc très chères. Les vrais puristes des monnaies féodales, évidemment, ne trouvent pas leur compte avec les Augustales, qui sont des copies de monnaies romaines. Mais il faut rappeller que tout le système monétaire du moyen age est un héritage de l'Antiquité romaine, même si le Moyen Age a créé des formes de monnaies qui lui sont propres.

Dernière mise à jour : ( 24-10-2008 )
Lire la suite...
 
Ange d'or, Angelot, Angelot d'or

ANGELOT. — L'Ange ou Angelot est une monnaie qui tire son nom de l'archange saint Michel terrassant le démon qui s y trouve figuré. L'angelot valait un écu d'or; il fut émis en 1340. Les Angelots comptent parmis les plus belles réalisations des graveurs de monnaies du Moyen Age.

Définition de Chéruel (1899) :

Angelot. — Les monnaies appelées anges ou angelot tiraient leur nom de la figure de l'archange saint Michel qui y était représenté tenant une épée de la main droite et de la gauche un écu chargé de trois fleurs de lis, avec un serpent à ses pieds. L'angelot était une espèce de monnaie en usage vers 1240, et de la valeur d'un écu d'or fin. Il y a eu des angelots de poids et de prix divers. On a fabriqué des angelots à diverses époques, et spécialement au XIVème siècle, sous Philippe de Valois, et, au XVème siècle, lorsque les Anglais étaient maîtres de la France. Les angelots frappés du temps de Henri VI, roi d'Angleterre, portaient les écus de France et d'Angleterre. L'angelot s'appelait aussi Noble.

Dernière mise à jour : ( 24-10-2008 )
Lire la suite...
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 105 - 117 sur 138
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |