Accueil arrow Dictionnaire des monnaies
16-10-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Dictionnaire des monnaies
Vierlander
VIERLANDER. — Monnaie qui se divisait en demis et en quarts, créée par Philippe le Bon (1430-1467) pour le Hainaut, le Brabant, la Flandre et la Hollande (Chalon, Recherches sur les monnaies des comtes de Hainaut, p. 116). En 1470, les virelans de Flandre avaient cours en France pour 12 deniers (Leblanc, p. 309).


Photo de Vierlander ou Double Gros (Flandres)

Photo de Vierlander ou Double Gros (Flandres)

Philip le Bon 1419-1467. AR Double Gros Vierlander 3.06 grammes. 29mm. Emission dans les Flandres

Armes.
Légende :
+PHS: DEI: GRA DVX BVRG: Z: COMES: FLAND
Longue croix en quatre quarts avec fleurs de lys et un lion rampant à gauche.

+MONET-A NOVA: C-COMITIS:-FLAND

Référence : Boudeau 2263
Dernière mise à jour : ( 08-10-2009 )
Lire la suite...
 
Tournois

TOURNOIS. — Monnaies tirant leur nom de la ville de Tours. Monnaie de compte employée concurremment avec la monnaie parisis, jusqu'à Louis XIV. Ce prince ayant, aboli l'usage de compter par parisis, les comptes en tournois furent seuls admis.

Tournois. — Les tournois étaient primitivement une monnaie réelle qui tirait son nom de la ville de Tours; il y avait des livres tournois, des deniers tournois. Dans la suite, les tournois ne furent plus qu'une monnaie de compte, on s'en servit concurremment avec les parisis jusqu'à l'époque de Louis XIV. Ce prince abolit l'usage de compter par parisis, et depuis celte époque les comptes en tournois ont été seuls admis.

Dernière mise à jour : ( 23-11-2007 )
Lire la suite...
 
Thaler

THALER


Le Thaler est une monnaie d'argent allemande et autrichienne, divisée en 20 gros (autrefois en 24).

Exemple de thaler de Marie Thérèse

Exemple de Thaler de Marie-Thérèse

Exemple de Thaler de Marie Thérèse
 

Dernière mise à jour : ( 04-11-2008 )
Lire la suite...
 
Sou

SOU. — A l'époque mérovingienne, le sou d'or valait 40 deniers et le sou d'argent 12 (Guerard, Prolégomènes du polyptique d'Irminon, p. 114). Louis XIV fit fabriquer des sous et des doubles sous (19 novembre 1657) ; les émissions se succédèrent depuis cette époque. Comme monnaie de compte, le sou était le vingtième de la livre.

Définition de Chéruel (1899)

Sou. — Monnaie d'or, d'argent et de billon. Le sou d'or (solidus) est souvent mentionné dans la loi salique et dans les autres lois des Barbares. Il était en usage aux époques mérovigienne et carolingienne. Dans la suite, on appela sou une monnaie de billon, qui eut cours surtout aux trois derniers siècles et de nos jours. En 1657 (19 novembre), Louis XIV ordonna qu'il serait fabriqué des sous et des doubles sous ; les premiers de quinze deniers, et les seconds de trente. Ces nouvelles espèces furent décriées dès l'année suivante. On refondit tous les sous en 1738. Cette nouvelle monnaie de cuivre portait un L surmonté d'une couronne avec trois fleurs de lis, et pour légende Ludovicus XV Dei gratia Franc. et Nav. rex. La révolution a multiplié la monnaie de billon, à laquelle on a fait servir les cloches des églises. En 1852, on a commencé la refonte de toutes les pièces d'un sou et de deux sous. Le sou était encore, sous l'ancienne monarchie, une monnaie de compte ; il y avait des sous tournois et des sous parisis, les premiers valant douze deniers, et les seconds quinze deniers.

Dernière mise à jour : ( 09-11-2007 )
 
Six Blancs (ou Gros de Nesle)

SIX BLANCS. — Autre nom des gros de Nesle ; ces pièces et celles de 3 blancs correspondaient au sou et au double sou parisis. Louis XIV frappa également des pièces de 6 blancs (édit d'août 1656).

Définition de Chéruel (1899) :

Six blancs. — En 1549, sous Henri II, on fabriqua des monnaies de billon que l'on appela gros et demi-gros de Nesle, parce qu'elles furent frappées dans un atelier établi dans l'hôtel de Nesle. Ces gros eurent cours pour deux sous six deniers et furent appelés pièces de six blancs, parce que les blancs valaient alors cinq deniers pièce : on appela les demi gros pièces de trois blancs. Ces monnaies répondaient au sou et double sou parisis. En 1656, Louis XIV ordonna, par un édit du mois d'août, une fabrication de pièces de six blancs, et la supprima l'année suivante. La désignation de six blancs s'est conservée longtemps en France pour deux sous six deniers, quoique les pièces du six blancs eussent cessé d'exister.

Dernière mise à jour : ( 23-11-2007 )
 
Sequin

SEQUIN


En italien, le mot "sequin" se dit "zecchino" (de zecca, atelier monétaire). Le sequin est une monnaie d'or émise d'abord à Venise, à une valeur approximative de 12 francs. Ce nom sequin a également été donné à une monnaie d'or turque. Le mot sequin est employé concuremment avec le mot "Ducat".
 

Exemple de sequin de Venise

Photo de Sequin de Venise

Description complète de ce sequin :
Serie del ducato e dello zecchino. Andrea Gritti doge LXXVII, 1523-1532. d=23 mm. Ducato di I tipo, AV 3,49 g. AND GRITI – S M VENETI S. Marco, stante a s., porge il vessillo al Doge genuflesso; lungo l’asta, D V D. Rv. SIT T XPE DAT Q TV – REGIS ISTE DVCAT Il Redentore, benedicente, stante di fronte entro aureola ellittica. CNI 301 var. Papadopoli 1. Friedberg 1246.
Ribatuto al dr., altrimenti Spl
Provenance de la monnaie : Numismatica Ars Classica, vente aux enchères n°43, 26 novembree 2007. Lot numéro : 32. Prix réalisé : 800 euros (environ 1187 dollars US).
Dernière mise à jour : ( 21-09-2008 )
Lire la suite...
 
Salut, Salut d'or

SALUT. — Les saluts d'or qui paraissent sous Charles VI, Henri V et Henri VI, valaient 25 sous. Ces pièces représentaient la salutation angélique.

Définition de Chéruel (1899) :

Saluts. — Henri VI, roi d'Angleterre, qui régna sur une partie de la France, de 1423 a 1453, fit frapper des monnaies d'or, d'argent et de billon. De ce nombre furent les saluts d'or qui valaient vingt-cinq sous. Ils tiraient leur nom de ce qu'ils représentaient la salutation angélique. On y voyait, d'un coté, la vierge recevant d'un ange une bandelette sur laquelle était écrit Ave; de l'autre, une croix latine accostée d'une fleur de ils et d'un léopard. l.a légende était Henricus Dei gra : Francorv. et Anglie rex.

Dernière mise à jour : ( 24-10-2008 )
Lire la suite...
 
Saiga
SAIGA. — Nom donné à la monnaie mérovingienne d'argent qui s'est substituée au triens.
 
Ryder
RYDER. — Monnaie de Hollande, appelée ainsi du cavalier qui y était représenté. Le Ryder d'or valait 14 florins ; le Ryder d'argent est appelé aussi ducaton.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 53 - 65 sur 138
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |