Accueil arrow Monnaie inflation crise arrow HENRI GUAINO : L'EMPRUNT NATIONAL EST UN PARI POLITIQUE
16-06-2019
Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique

Abonnez-vous, c'est Gratuit !

HENRI GUAINO : L'EMPRUNT NATIONAL EST UN PARI POLITIQUE
29-06-2009


HENRI GUAINO L'EMPRUNT NATIONAL EST UN PARI POLITIQUE


Le débat sur l'emprunt national (parfois qualifié d'emprunt Sarkozy) fait rage au sein même de la majorité. L'emprunt national a été durement critiqué par Dominique de Villepin hier (cf. Villepin critique l'emprunt national). Ce matin, Henri Guaino est revenu une nouvelle fois sur cet emprunt et ses modalités. Henri Guaino, conseiller spécial du président de la République était l'invité de Pierre Weill dans le 7/10 de France Inter (8h20 - 29 juin 2009).

Henri Guaino n'a rien dévoilé sur les modalités exactes de cet emprunt puisqu'il n'est encore qu'au stade des discussions : le montant et le taux de l'emprunt ne sont donc pas précisés. Henri Guaino refuse, dit-il, de clore le débat avant même qu'il soit ouvert; il fait même preuve d'une certaine irritation lorsqu'on lui attribue la paternité de cet emprunt et surtout lorque sont évoqués deux sondages défavorables à l'emprunt. Ces sondages sont un non-sens et sont "parfaitement stupides", car prématurés.

L'emprunt national n'est pas une élection à la majorité qualifiée 


A propos de la justification économique de l'emprunt, Henri Guaino a affirmé que l'emprunt National avait beaucoup d'avantages politiques et psychologiques, mais qu'il avait aussi des inconvénients en termes de coût; mais il ne faut pas séparer le coût d'un emprunt de son rendement. L'emprunt pourra servir à financer des domaines d'avenir, mais aussi à payer les dettes qui ont été accumulées depuis des années car "nous ne paieront nos dettes que grâce aux revenus que nous allons gagner demain; on ne paie ses dettes qu'avec ce qu'on gagne demain, avec les revenus futurs".

Les politiques de rigueur conduites depuis trente ans ont été contre-productives


A la question comment feront les français pour rembourser la dette, et est-ce que vous admettez qu'il faudra augmenter les impôts, Henri Guaino répond clairement non.  La politique "imbécile" de la rigueur conduite depuis trente ans n'a fait que creuser les déficits et augmenter les prélèvements. "La politique de rigueur n'est pas une solution", déclare Henri Guaino; on ne peut pas sortir de la situation actuelle sans faire un pari sur l'avenir. C'est le sens de l'emprunt National.

Certains mots employés dans cette interview ont pu choquer une partie de la classe politique, y compris à droite : le mot "imbécile", utilisé pour qualifier les politiques de rigueur conduites depuis trente ans est en effet susceptible de s'appliquer à un nombre assez élevé de personnes dont certaines se sont déjà reconnues...

L'Emprunt National, inspiré par le plan Monnet est le seul moyen pour sortir du Malthusianisme


Dans la deuxième partie de l'entretien, Henri Guaino répond à diverses questions des auditeurs et des journalistes Dominique Seux, des Echos, Bernard Maris et Thomas Legrand. Diverses questions sont évoquées; à propos de l'emprunt et de ses justifications historiques et théoriques, Henri Guaino a évoqué le débat Pleven/Mendès-France en 1944 : l'un plaidait pour la dette, l'autre pour la rigueur. C'est finalement la solution Pleven qui l'a emporté choix de De Gaulle) et c'est en partie sur ces bases financières que la reconstruction et les Trente Glorieuses ont pu avoir lieu.

Il est également question du plan Monnet mis en oeuvre en 1946 : à cette époque, il fallait choisir l'ordre des priorités. C'est la même méthode qui est mise en oeuvre aujourd'hui : réunir les partenaires sociaux pour établir un ordre des priorités; ces priorités posées, un grand plan d'investissement a été lancé, alors même que l'Etat était endetté. Le plan Monnet était une fuite en avant, mais il était le seul moyen de sortir la France du Malthusianisme budgétaire.

A propos du remboursement de la dette, il y a trois possibilités : la rigueur (hausse des impôts étant exclue comme nous l'avons vu); l'inflation, qui aiderait l'Etat à rembourser plus vite et moins; les recettes générées par la croissance retrouvée. Henri Guaino souhaite une réindustrialisation et un retour à une certaine forme de planification.

Henri Guaino parle de la crise (29 juin 2009 - 1/2)



Henri Guaino parle de la crise (29 juin 2009 - 2/2)


 

Autres pages sur l'emprunt national


Jean Luc Mélanchon critique le capitalisme et l'emprunt national (30 juin 2009)
Villepin critique l'emprunt national (28 juin 2009)
Henri Guaino parle de l'emprunt National
Emprunt Sarkozy (discours devant le Congrès de Versailles le 23 juin 2009 - Annonce de l'Emprunt National)
Dette record en Allemagne en 2010 (juin 2009)
Eric Woerth Justifie le déficit (22 juin 2009)
Discours de Nicolas Sarkozy sur le grand emprunt (le 14-12-2009)
Dernière mise à jour : ( 14-12-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2019 monnnaies numismatique or et pieces de collection |