Accueil arrow Monnaie inflation crise arrow Jean Pierre Jouyet évoque la crise financière
21-06-2018
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Jean Pierre Jouyet évoque la crise financière
23-09-2011
Ce matin Jean-Pierre Jouyet, président de l'autorité des marchés financiers, était l'invité de Patrick Cohen dans le 7/9 sur France Inter (8h20 - 23 septembre 2011).
Il a été question du vent de panique qui a une nouvelle fois soufflé sur les marchés financiers, la Bourse de Paris lâchant plus de 5% jeudi, ce qui correspond à une perte de 40 milliards d'euros de capitalisation boursière. La bourse de Paris est au plus bas depuis deux ans et demi.

Une situation "très préoccupante"



Crack boursier rampant et risques de crise systémique


A la question "Y a-t-il un risque de crack ?", M. Jouyet réponds que la situation est "très préoccupante", qu'il existe une crise mondiale et un risque de crise systémique lié à l'endettement au Japon, aux Etats-Unis et en Europe. L'économie mondiale est déséquilibrée et les plans de relance ne donnent pas les résultats attendus. La situation n'est pas meilleure qu'en 2008. Partout dans le monde existe un risque de récession.

A propos des marchés, l'AMF a pris une excellente mesure, l'interdiction des ventes à découvert (une vente à découvert consiste à vendre ce que l'on ne possède pas). Quelques grands parasites (pour reprendre une expression de Vladimir Poutine) de la finance internationale en ont largement profité pour spéculer à la baisse sur les banques françaises. En ce qui concerne la spéculation sur la dette des Etats, les fameux CDS, qui se fait dans la plus complète opacité, elle devrait être interdite. Mais là encore ce marché de prédation financière est américain et on ne voit pas pourquoi les Etats-Unis y mettraient fin. Les nations victimes de cette escroquerie financière ont cependant la possibilité de se soustraire immédiatement de cette escroquerie en reprenant pleinement le pouvoir de création monétaire qu'elles ont abandonné au profit exclusif des banques privées.

5 ou 6 banques américaines d'investissement contrôlent la moitié des transactions financières


"Pour résoudre une crise, affirme M. Jouyet, il faut voir où ça se passe. Aujourd'hui, sur plus de la moitié des transactions financières, on ne voit pas ce qui se passe, et ces activités sont entre les mains de cinq ou six banques d'investissement américaines, ce n'est quand même pas possible !"

Ce qui se passe aujourd'hui ressemble à ce qui se passait dans les années 1930. Il existe à présent des risques de protectionnisme financier qui peuvent conduire à la récession [certaines nations].

Vidéo n°2 : questions des auditeurs



Des marchés de traders et non plus des marchés d'investisseurs


Un auditeur demande quand la limitation des automates va avoir lieu (60% des opérations sont faites par 3 acteurs principaux qui encombrent et perturbent les marchés en les faussant à leur avantage, ce qui explique d'ailleurs en grande partie le désengagement des petits investisseurs à l'ancienne, qui ont compris qu'à ce jeu là ils ne pouvaient faire que des pertes). Ce qu'il faudrait faire, c'est taxer les multiples aller-retours. Mais cela ne peut se faire qu'à l'échelle internationale. Il faudrait aussi, rajoute M. Jouyet, fixer un temps minimum pour l'exécution d'un ordre de bourse (au moins une seconde !).

On négocie sur les secondes car la situation est pire que ce que l'on dit


Il faut enfin que les ordres aient une durée minimale pour pouvoir être pris en compte. La question de savoir si on laisse faire les ordinateurs ou pas est une question politique centrale aujourd'hui. Actuellement la souveraineté est déléguée aux marchés. Les Etats doivent reprendre la main. Selon M. Jouyet les anglo-saxons sont fermement opposés à cette taxe sur les transaction financières qui devrait donc être mise en oeuvre à l'échelle européenne (il faudrait également, par la même occasion, établir un contrôle de la circulation des capitaux pour limiter le pouvoir de nuisance des grandes banques américaines). Ceci dit, cette stratégie ne peut pas être mise en oeuvre à n'importe quel moment.

Les agences de notation américaines attisent l'incendie de la spéculation


Au milieu de ce chaos financier international prennent place les agences de notation qui se sont fait une spécialité d'attiser l'incendie de la spéculation dès que possible. Ces agences très hautement nuisibles sont toutes issues du complexe financier américain. "Si des organismes privés dégradent des Etat qui vont vers la démocratie, il y a un problème" affirme M. Jouyet évoquant le cas de la Tunisie. Il y a évidemment des conflits d'intérêts entre ces agences et les organismes financiers à qui profitent leurs avis. Finalement, les politiques ne doivent rien attendre des marchés financiers mais faire simplement leur devoir, c'est-à-dire exercer le pouvoir qui leur a été confié par les peuples.

Autres pages sur la crise financière


Crise financière (pages variées sur ce vaste sujet)
Dernière mise à jour : ( 23-09-2011 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pieces de collection |