Accueil arrow Monnaie inflation crise arrow JEAN LUC MELANCHON CRITIQUE LE CAPITALISME ET L'EMPRUNT NATIONAL
16-06-2019
Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique

Abonnez-vous, c'est Gratuit !

JEAN LUC MELANCHON CRITIQUE LE CAPITALISME ET L'EMPRUNT NATIONAL
30-06-2009


Jean Luc Mélanchon critique le capitalisme et l'emprunt national


Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de Gauche, député européen (Front de Gauche), sénateur de l'Essonne était l'invité de Pierre Weill dans le 7/10 de France Inter ce matin (30 juin 2009). Jean-Luc Mélanchon, à l'occasion de cette interview, a donné sa définition du capitalisme et a expliqué ce qu'il pensait de l'emprunt National proposé par Nicolas Sarkozy lors du Congrès de Versailles.

Parmi les moments marquants et intéressants de cette interview, on peut retenir les phrases suivantes :

"Le ressort profond du capitalisme c'est de compter sur la cupidité et l'égoïsme des gens. C'est quelque chose qui est très répandu et qui est cultivé par la propagande, la publicité, la culture dominante qui pousse chacun à vouloir tout pour soi-même sans s'occuper du voisin" [...]

"Le capitalisme est consubstantiellement amoral. Il ne s'occupe pas de la morale, ce n'est pas son sujet." [définition du capitalisme]

A propos des victimes de l'escroc Bernard Madoff, Monsieur Mélanchon n'est pas du genre à s'apitoyer sur des personnes ("les braves gens" dit-il) qui ont été victimes de leur cupidité.

Il s'en prend ensuite à ce capitalisme qui exige des rendements élevés, parfois à deux chiffres, et qui est possible uniquement en pressurant "à mort" les ouvriers. Monsieur Mélanchon, exprime ainsi sa colère contre le prix du capitalisme : "Tous les jours il meurt deux ouvriers au travail, et il meurt des millions de personnes du fait des maladies professionnelles. Voilà de quoi est fait votre argent pourri", dit-il. Jean-Luc élanchon est un homme en colère qui ne mâche pas ses mots.


A propos de l'emprunt National...


Monsieur Mélanchon n'est pas convaincu par la méthode de la consultation, qui ne peut déboucher selon lui que sur un catalogue de requêtes improbables, sans oublier le Parlement, mis de côté dans cette affaire. Ceci dit, Jean-Luc Mélanchon semble favorable sur l'idée même de l'emprunt. "Il y a des besoins de financement dans le pays", dit-il. "Ce qui est important, c'est de dire ce qu'on veut faire avec ce pays, dans quelle direction on l'emmène", précise-t-il.


Les privatisations ont appauvri l'Etat


La dette est donc nécessaire et ce d'autant plus, selon Monsieur Mélanchon, que l'Etat s'est appauvri lui même en privatisant les grandes entreprises qui pourraient rapporter de l'argent à la collectivité. "On a appauvri l'Etat", affirme-t-il; "On a privé l'Etat des ressources que produisaient chaque année ces grands entreprises nationales qui étaient le bien commun des français".


L'emprunt est une machine à favoriser la rente


Au sujet de l'emprunt monsieur Mélanchon pousse son raisonnement jusqu'au bout en posant la question "Qui va prêter de l'argent à l'Etat ? Ceux-là même qui en ont, c'est-à-dire ceux par exemple à qui on en a rendu avec le bouclier fiscal. Ainsi des gens qui paient moins d'impôts se serviront de l'argent qui a été libéré pour le prêter à l'Etat et être remboursé avec des intérêts financés par l'impôt. Jean-Luc Mélanchon conclut en affirmant ceci : "Cet emprunt est une machine à favoriser la rente". Ceci est exact sauf si une inflation suffisamment soutenue excède le montant des intérêts versés, auquel cas l'Etat se verra automatiquement et doublement bénéficiaire, grâce à l'érosion de la valeur du capital et des intérêts reversés.


Interview de Jean Luc Mélanchon sur France Inter (30 juin 2009)

Autres pages sur l'emprunt national


Henri Guaino : l'emprunt national est un pari politique (29 juin 2009)
Villepin critique l'emprunt national (28 juin 2009)
Henri Guaino parle de l'emprunt National
Emprunt Sarkozy (discours devant le Congrès de Versailles le 23 juin 2009 - Annonce de l'Emprunt National)
Dette record en Allemagne en 2010 (juin 2009)
Discours de Nicolas Sarkozy sur le grand emprunt (le 14-12-2009)

Dernière mise à jour : ( 14-12-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2019 monnnaies numismatique or et pieces de collection |