Accueil arrow Monnaie inflation crise arrow Baisse concertée des taux d'intérêt
24-04-2019
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Baisse concertée des taux d'intérêt
08-10-2008


Baisse concertée des taux d'intérêt


Les banques centrales de la planète, y compris la BCE, ont enfin décidé de baisser leurs taux d'intérêt dans une action concertée. La FED a lancé cette action ce matin (8-10-2008) à 11 heures, en abaissant son taux directeur d'un demi-point. Cette action a été suivie peu de temps après par la BCE, qui a elle aussi abaissé son taux directeur de 0,5 points à 3,75%. La Banque d'Angleterre a fait de même, son taux directeur passant à 4,5%.
 
D'autres Banques Centrales, au Canada, en Suisse et en Suède on elles-aussi abaissé le loyer de l'argent. Le Japon, dont le taux directeur est de 0,5% a salué ces initiatives sans s'y associer en raison d'un taux déjà excessivement bas. La Chine elle-même a emboité le pas des autres grandes Institutions monétaires mondiales en abaissant ses taux d'intérêt à un an.


Une action concertée bienvenue qui amortira l'impact de la crise


Cette action concertée est évidemment bienvenue compte-tenu de la crise économique mondiale et majeure qui a déjà commencé à s'installer. Il faut saluer notamment la décision de la BCE, qui a su mettre entre parenthèse son dogme sur la stabilité de la monnaie pour s'adapter aux évènements. On pourra toujours dire qu'une baisse d'un demi point est insuffisante et ne changera rien à la situation, mais c'est un premier pas et un signal important pour les acteurs du marché financier. Mais surtout, cette baisse des taux est un soutien à l'économie réelle qui subit de plus en plus les errements du capitalisme financier.

Les Etats ont entrepris presque toutes les actions possibles


Depuis le début de la crise, les Etats ont entrepris nombre d'actions pour empêcher la grande crise systémique de la finance mondiale qui a eu l'air un instant de se réaliser. Mais cette crise systémique mondiale semble maintenant écartée. Les Etats, à commencer par les Etats-Unis d'où est partie la crise, ont montré qu'ils ne s'interdisaient aucun moyen pour stabiliser la situation. Des banques privées ont été Nationalisées; un plan national sans précédent de 700 milliards de dollars a été voté après quelques aternoiements des politiciens libéraux américains les plus inconscients. Aux Etats-Unis, en Europe et partout dans le monde, les Banques Centrales se sont substituées aux marchés défaillants pour empêcher les faillites de banques et la réaction en chaîne fatale.

En Europe, les Etats ont augmenté les garanties sur les dépôts bancaires en cas de faillite, pour rassurer les déposants, action inutile puisque lesdits Etats avaient déjà pris l'engagement de sauver les banques en faillite. Il s'agissait simplement de rassurer les épargnants mais aussi les marchés. Un fait particulièrement intéressant dans les désisions politiques qui ont été prises, c'est la concertation entre les Nations, qui toutes, y compris la Chine, ont compris qu'elles avaient affaire une crise mondiale, qui appelait des décisions mondiales.
 
Malgré tout ceci, la "crise de confiance" pourrait bien continuer, et certains s'interrogent : si la baisse concertée des taux d'intérêt qui vient d'avoir lieu échoue, que pourra-t-on faire de plus ?


Les Etats doivent mettre un terme aux errements des marchés financiers


En cas de baisse excessive des bourses, il existe une possibilité qui a été mise en oeuvre plusieurs fois à Moscou la semaine dernière et pas plus tard que ce matin sur le CAC 40 : la suspension provisoire des cotations. Les Etats, qui ne se sont rien interdit jusqu'à présent, ne devraient pas non plus s'interdire des suspensions prolongées des cotations, pendant la durée qu'ils estiment nécessaire au retour à la serennité (pas seulement une heure ou deux), afin de mettre un terme (au moins provisoirement) à la spirale de la baisse des cours. Si les marchés sont défaillants, les Etats peuvent et doivent se subtituer provisoirement aux marchés, ce qu'ils ont déjà fait en partie.
 
Mais seule la grande conférence mondiale prévue avant la fin de l'année (date trop tardive, liée à l'élection présidentielle américaine), sera en mesure de s'attaquer au fond du problème, en prenant des décisions politiques fortes concernant les marchés financiers, le crédit, la circulation des capitaux et les monnaies. Les politiques ont les moyens de venir à bout de la crise, et, semble-t-il, la volonté nécessaire.

Autres pages sur les taux d'intérêt et la crise financière


La BCE baisse ses taux à 2,5% (04-12-2008)
Taux BCE : vers une nouvelle baisse (04-12-2008)
La BCE Baisse ses taux d'intérêt à 3,25 % (06-11-2008)
Taux d'intérêt : pragmatisme américain contre dogmatisme européen (8-10-2008)
Taux d'intérêt : qu'attend la BCE pour réagir ? (6-10-2008)
La BCE laisse ses taux inchangés à 4,25% (03-10-2008)
Pourquoi la BCE doit baisser les taux d'intérêt (1-10-2008)
La Banque d'Angleterre baisse ses taux à 1% (05-02-2009)

Dernière mise à jour : ( 05-02-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2019 monnnaies numismatique or et pieces de collection |