Accueil arrow Biographies de numismates arrow Jean-Foi Vaillant, numismate du Roi Soleil
20-01-2017
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies Romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaies françaises
Monnaies du monde
RUBRIQUES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en or
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Archives articles
Sites Internet
ARTICLES TRIES PAR CATEGORIES
Crise financière
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Biographies historiques
Ouvrages historiques
Littérature latine
Biographies de numismates
Détection
Sites Internet
Annuaire numismatique


Jean-Foi Vaillant, numismate du Roi Soleil
(18 votes)

Louis XIV, grand amateur d'art, fut aussi à sa façon un roi numismate. Pour constituer des collections dignes de la France, le Roi Soleil s'est appuyé sur un vaste réseau d'hommes de lettres, d'émissaires et d'ambassadeurs. L'un d'entre eux s'est particulièrement distingué : il s'agit de Jean-Foi Vaillant, numismate Picard né en 1632 dont nous nous proposons de retracer sommairement le parcours.

Louis XIV fut un grand protecteur des sciences des lettres et des arts. Bossuet, Molière, Corneille, Racine ou encore Jean de La Fontaine comptent parmi les noms les plus célèbres du "siècle de Louis XIV". On doit à ce monarque mécène de maginifiques réalisations architecturales, telles que la colonnade du Louvre ou le dôme des Invalides, mais aussi d'exceptionnels tableaux de Lebrun ou Lesueur, ou encore les jardins de Lenôtre. Louis XIV fonda, en peu d'années, l'Académie de peinture et de sculpture (1648), celle des inscriptions et belles-lettres (1663), ainsi que celle des sciences (1666). Le Roi Soleil auquel aucun domaine artistique n'était indifférent, ne recula devant aucun sacrifice pour accroître ses collections de monnaies antiques. Dès son plus jeune âge en effet Louis XIV a été initié à la numismatique par le célèbre graveur Jean Warin; un tableau de la Monnaie de Paris les représente tous les deux alors que Louis n’est encore âgé que de treize ans.

Le roi confia l'administration de son cabinet des médailles à des hommes de haut niveau littéraire et intellectuel, tels que Pierre de Carcavi, qui fut ami de Pascal, de Fermat ou de Huygens. La collection royale s'accroît d'abord par l'achat de collections complètes telles que celles de Loménie de Brienne, de Huet ou d'Alexandre de Sève (acquise vers 1662). Parallèlement à cette politique d'acquisitions tous azimuts, le roi envoie des émissaires en Italie et en Méditerranée Orientale pour collecter tout ce qui pourrait enrichir la collection royale : des ouvrages manuscrits ou imprimés, des oeuvres d'art, et, naturellement, des monnaies. Parmi ces émissaires royaux, on compte Jean-Foi Vaillant, dont voici le parcours.

Le roi envoie des ambassadeurs à la recherche de monnaies

Vaillant naît à Beauvais le 24 mai 1632. Très tôt orphelin de père, son éducation est prise en charge par un de ses oncles qui le destine à une carrière dans la magistrature. Cet oncle, outre le soin apporté à l'éducation de son neveu, présente l'avantage de disposer d'une fortune confortable. A sa mort, Jean-Foi Vaillant hérite et peut laisser libre cours à ses goûts; il abondonne les études de droit pour celles de la médecine. Son doctorat en poche, sa carrière démarre à Beauvais où il installe un cabinet médical. C'est le plus grand des hasards qui le met sur la voie de la numismatique.

Un trésor de monnaies romaines provoque sa vocation

Alors qu'il était en train de labourer son champ, un paysan des environs de Beauvais découvre un trésor de monnaies romaines. Le laboureur chanceux les remet au docteur Vaillant : celui-ci vient de rencontrer la numismatique, à laquelle il va consacrer le reste de son existence. Immédiatement, il se découvre une passion pour ces antiques témoins du passé qui évoquent des évènements oubliés ou mal connus par les historiens de l'époque. Il fait preuve d'une grande perspicacité et s'aperçoit qu'il a des facilités dans le déchiffrement et l'interprétation de ces monuments du passé.

Jean-Foi Vaillant commence alors une collection, noue quelques contacts avec des hommes de l'art, tels que son cousin Foy de Saint-Hilaire, chanoine de Beauvais, ou encore Pierre Seguin, doyen de Saint-Germain l'Auxerrois à Paris. Ce dernier perçoit immédiatement l'exceptionnelle érudition de Vaillant et fait jouer ses réseaux. Colbert, en effet, est alors à la recherche d'hommes savants volontaires pour partir à l'étranger à la recherche d'oeuvres d'art et de monnaies pour enrichir les collections du roi. Dès lors Vaillant se retrouve chargé de mission à l'étranger pour le compte de Louis XIV, tâche qui lui permet d'approfondir ses connaissances. Il écume la Méditerranée en quête de nouvelles pièces; ses voyages le conduisent en Italie, en Sicile et en Grèce où il collecte un très grand nombre de monnaies rares; grâce au zèle de Vaillant le cabinet des médailles du roi devient rapidement le premier d'Europe.

C'est lors d'un de ces nombreux déplacements que se produit l'épisode des barbaresques. En 1674, Vaillant s'embarque à Livourne pour se rendre à Rome lorsqu'il est fait prisonnier par des pirates et conduit à Alger où l'industrie des corsaires bat son plein. A cette époque en effet, la Méditerranée occidentale est infestée de pirates qui se sont fait une spécialité de la capture d'otages; ceux-ci sont libérés après une détention plus ou moins longue, contre une rançon sonnante et trébuchante. Avant Jean-Foi Vaillant, Cervantès en personne a été l'otage des pirates; il a eu cependant moins de chance que Vaillant, qui, grâce à son riche et puissant protecteur ne passe que quatre mois et demi en détention à Alger. Lorsqu'il est relâché, on lui rend même une vingtaine de monnaies d'or et 200 monnaies d'argent antiques avec lesquelles il était arrivé.

Vaillant avale 20 monnaies romaines en or

Vaillant reprend la mer sur une barque et se croit tiré d'affaire lorsqu'il aperçoit un corsaire qui s'avançe de nouveau à toutes voiles dans sa direction. Pris de panique et redoutant une nouvelle captivité, il s'empresse d'avaler sa précieuse cargaison de monnaies romaines, tout au moins les monnaies d'or. Par chance, un coup de vent éloigne le bateau pirate et Vaillant parvient à Marseille sain et presque sauf. En effet, les monnaies d'or l'incommodent sérieusement par leur poids et il craint un instant pour sa santé. Il consulte deux médecins ses confrères qui sont en désaccord sur la méthode à suivre pour résoudre le problème; mais, comme le dit J. Spon dans son récit de voyage, la nature fut plus habile que les hommes de l'art et la moitié du petit trésor revit bientôt la lumière du jour... Le même J. Spon, raconte également que Vaillant, lors de son passage à Lyon, aurait rencontré Sylvestre Dufour, un de ses anciens amis et grand amateur de monnaies antiques. Apprenant que Vaillant avait encore dans ses entrailles un aureus d'Othon il aurait témoigné du plus vif désir de l'acquérir, sans même la voir; le marché fut conclu et ce n'est que quelques heures plus tard que Vaillant fut en mesure de tenir sa promesse...

Cet épisode tragi-comique n'a pas dissuadé Jean-Foi Vaillant de poursuivre sa mission; l'infatigable explorateur numismate repartit vers des destinations encore plus lointaines et dangereuses : l'Egypte et la Perse. Finalement, ses pérégrinations l'ont conduit pas moins de douze fois à Rome et en Italie, mais aussi deux fois en Angleterre et en Hollande. Tout en accomplissant sa mission pour le roi, Jean-Foi Vaillant s'est consacré activement à l'écriture de nombreux ouvrages numismatiques qui l'ont placé parmi les hommes les plus érudits de son temps. Le rapport de l'Institut de France écrit en 1810 par Dacier rapporte que "par ses immenses travaux, Vaillant n'avait laissé aucune partie de la science sans lui donner un commencement de culture". On peut juger que ces paroles sont fondées lorsqu'on examine le nombre d'ouvrages publiés par Vaillant, la variété de leurs sujets et le succès qu'ils ont rencontré auprès du public.

Son œuvre est inachevée

On a de lui l'ouvrage "Les monnaies des Empereurs romains" ( "Numismata imperatorum Romanorum") paru en 1674 et 1694. Ce livre présente les monnaies rapportées au cours de ses voyages; l'ouvrage a connu un tel succès qu'il fut contrefait à deux reprises par des éditeurs Hollandais. Le catalogue des ouvrages de Vaillant compte également des livres sur les monnaies Séleucides ("Seleucidarum imperium, sive historia regum Syriae, etc", Paris, 1681) ou Ptolémaïques ("Historia Ptolemoerum Egypti regum, ad fidem numismatum accommodata", Amsterdam, 1701), mais aussi sur les monnaies coloniales romaines ou sur les monnaies Parthes : les goûts numismatiques de Vaillant furent très variés. Outre cette abondante production littéraire et scientifique, Vaillant a occupé une place éminente dans les Institutions culturelles voulues par Louis XIV : il a contribué à l'organisation de l'Académie des Inscriptions (1701) dont il devint associé puis pensionnaire. Vaillant est mort 23 octobre 1706, à l'âge de 75 ans, alors qu'il travaillait à un ouvrage sur les congiaires figurés sur les monnaies romaines. Enfin, "L'Histoire de l'Empire Parthe illustrée par la numismatique", que Vaillant n'eut pas le temps d'achever de son vivant, fut publiée par Charles de Valois, un des membres de l'Académie des Inscriptions en 1725.

Jean-Foi Vaillant fut un numismate érudit, laborieux et éclectique : le nombre et le sujet de ses ouvrages en témoigne. Il fut aussi un grand serviteur de Louis XIV doublé d'un grand voyageur dont les déplacements le transformèrent parfois en un véritable aventurier de la numismatique.

Autres articles sur Louis XIV et sur les rois de France


Les portraits monétaires de Louis XIV
Biographie de Louis XIV
Rois de France (galerie de portraits de 67 rois de France. Images à télécharger gratuitement)>br>
Donnez votre avis se ces monnaies et sur ces textes !
Commentaires
Ajouter un nouveauRechercher
Ecrire un commentaire
Nom:
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
 
Security Image
Saisissez le code que vous voyez.
Dernière mise à jour : ( 04-01-2010 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | www.sacra-moneta.com 2006-2017 monnnaies numismatique or et pièces de collection |