Accueil arrow Actualités numismatiques arrow Comment la bonne monnaie chasse-t-elle la mauvaise monnaie ?
27-05-2019
Abonnement par email

Entrez votre adresse email pour recevoir les derniers articles

Menu principal
Accueil
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Pièces or
Pièces argent
Euro
Trésors
ARTICLES MONNAIES
Actualités numismatiques
Monnaies en vente
Collectionner les monnaies
Dictionnaire des monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies du Moyen Age
Monnaie inflation crise
Liens articles monnaies
Monnaies grecques
Monnaies gauloises
Monnaies romaines
Monnaies médiévales
Monnaies françaises
Monnaies du monde
Trésors
Collectionner les monnaies
Dictionnaire numismatique
Catalogues de monnaies
Ouvrages historiques
Littérature latine
Mythologie
Plan du site
Sites Internet
Annuaire numismatique
Comment la bonne monnaie chasse-t-elle la mauvaise monnaie ?
09-02-2008
 

La loi de Gresham : « la mauvaise monnaie chasse la bonne Sir Thomas Gresham, auteur de la phrase »


Chacun connaît la fameuse loi de Gresham : « la mauvaise monnaie chasse la bonne ». Autrement dit, cette formule signifie que la création et la mise en circulation d'une monnaie de qualité inférieure va provoquer la thésaurisation et la refonte de la monnaie qui circulait antérieurement, en raison de la prime accordée aux anciennes pièces. Cette « loi » doit son nom au financier anglais Sir Thomas Gresham (vers 1519-1579). Elle s'appliquait dans le passé principalement aux monnaies contenant des métaux précieux, c'est-à-dire de l'or et de l'argent.
 

La loi de Gresham est-elle toujours valable aujourd'hui ?


Très bien, mais cette « loi » est-elle toujours valable ? Aujourd'hui, par exemple la loi de Gresham pourrait-elle s'appliquer aux monnaies internationales telles que le dollar, l'euro ou le yuan ? La réponse n'est pas simple. Les mécanismes pris en compte par la loi de Gresham s'appliquent aux systèmes monétaires anciens mais pas, semble-t-il, aux système modernes de monnaies complètement fiduciaires.

La loi de Gresham entraîne d'autres questions historiques. Si la mauvaise monnaie chassait toujours la bonne, dans ce cas, il n'y aurait jamais de « bonne monnaie » en circulation. Du coup se pose une question : comment les bonnes monnaies ont-elles fait dans le passé pour s'imposer ? Car des bonnes monnaies, naturellement, il y en a eu. Citons par exemples les monnaies d'Athènes ou encore les deniers romains, les aurei romains, le dollar au XIXème siècle.

Comment ces monnaies ont-elles fait pour devenir de bonnes monnaies et s'imposer sur le marché monétaire pendant un certain temps avant d'être (parfois) chassées par des monnaies dévaluées ? Il y a quelques réponses à cette question : pour s'imposer, une monnaie doit être l'émanation d'une puissance politique, militaire ou morale incontestable et qui inspire une confiance totale. Deuxièmement, la monnaie produite doit l'être en quantité énorme, pour s'imposer à tous comme un standard disponible en permanence, et que même la thésaurisation ne peut pas entamer. De telles circonstances se sont parfois produites dans le passé. Athènes a imposé sa monnaie grâce à une domination morale, politique et militaires, ainsi que par le contrôle des mines d'argent du Laurion, qui lui ont permis d'inonder le marché monétaire avec ses monnaies. Alexandre Le Grand a conquis l'Empire Perse, raflant des quantités énormes de métaux précieux et imposant ainsi pour longtemps sa domination monétaire. Les Romains ont conquis toute la Méditerranée et eux aussi ont capté des quantités énormes de richesses en métaux déjà monnayés qu'ils ont recyclé, sans compter qu'ils ont pris le contrôle de ressources minières considérables. En ce qui concerne le dollar, il a d'abord profité de ressources en métaux abondantes, au XIXème siècle, puis a gagné les deux guerres mondiales du Xxème siècle en s'appuyant sur des principes moraux supérieurs, la Démocratie et la liberté; le dollar est ainsi devenu une bonne monnaie, la monnaie de référence mondiale.

Mais aucun bastion n'est inattaquable, les civilisations sont mortelles, on le sait. C'est ainsi que les Empires, même s'ils sont fondés au départ sur des principes moraux solides finissent par être grisés par leur puissance et par perdre pied. L'Empire romain, première puissance mondiale au Ier siècle de notre ère, s'est assoupi, perdant de vue que la prédation et la force intellectuelle et morale de son armée avaient été les fondements de sa puissance. Aujourd'hui un Empire vacille, c'est bien sûr l'Empire américain, qui s'est habitué à dominer le monde et ne se conçoit plus autrement que comme le leader. Le dollar aujourd'hui n'est plus tout à fait la première monnaie du monde car un doute s'est installé sur les fondements moraux de la puissance américaine. Cela ne veut pas dire pour autant que « la mauvaise monnaie chasse la bonne »; au contraire. Quand la première puissance mondiale est défaillante, une puissance supérieure prend sa place. Aujourd'hui, c'est l'Euro qui prend la place du Dollar en raison des principes moraux supérieurs de l'Europe. Demain ce sera peut-être le Yuan Chinois, à supposer que la Chine adopte des valeurs de civilisations universelles, ce qui est loin d'être le cas aujourd'hui.

En conclusion, terminons par une Lapalissade : dans le passé la mauvaise monnaie a parfois chassé la bonne, mais la bonne monnaie chasse aussi la mauvaise quand une puissance parvient à s'imposer comme leader monétaire.

Dernière mise à jour : ( 01-02-2009 )
 
< Précédent   Suivant >
Contact : sacramon@yahoo.fr | Sacra-Moneta.com 2006-2019 monnnaies numismatique or et pieces de collection |